RMC

Kader, proche d'Adel Kermiche: "C'est Adel Bouaoun qui lui a lavé la tête"

TEMOIGNAGE RMC – Adel Kermiche et Adel Bouaoun se sont rencontrés devant la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray au début de l'année 2015. Ils font partie d’une petite cellule de mineurs et jeunes adultes radicalisés prêts à partir en Syrie rejoindre les rangs de Daesh. Parmi eux, il y avait Kader. Si aujourd'hui il dit avoir tourné la page, il se souvient très bien des deux hommes.

L'enquête sur l'attentat de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray avance. Trois jours après cette attaque, au cours de laquelle le père Jacques Hamel a été assassiné, deux hommes sont sous les radars de l'antiterrorisme: Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, qui avaient tenté de rejoindre la Syrie et prêté allégeance au groupe Etat islamique. Ces deux individus se sont rencontrés en début d'année dernière près de la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray et faisaient partie d'une même cellule de jeunes radicalisés.

"Il était obsédé par Daesh"

Dans cette cellule, il y avait aussi Kader (prénom d'emprunt). Signalé en janvier 2015 par son établissement scolaire après avoir revendiqué le droit de dire qu'il "trouve ça bien les attentats de la semaine passée" (ceux de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher, ndrl), il a connu Adel Bouaoun au collège. Après ces attentats, les deux jeunes se sont rapidement radicalisés comme il en témoigne ce vendredi sur RMC.

"Adel Bouaoun essayait de faire un petit groupe, assure-t-il. Il était en contact avec plusieurs personnes, dont Adel Kermiche. Il y avait un autre mec avec qui il allait souvent à la mosquée. Il y avait aussi une jeune fille qui a essayé de partir en Syrie mais s'est fait arrêter en Belgique". D’après Kader, Adel Bouaoun "parlait toujours de la face cachée d’internet". "Il était obsédé par Daesh", souligne-t-il encore.

Il a croisé Kermiche il y a trois mois

Toujours d'après le jeune homme, Adel Bouaoun et Adel Kermiche se voyaient souvent depuis janvier 2015. Ils fréquentaient ensemble la mosquée de Petit Quevilly et avaient prévu de partir ensemble en Syrie en mars 2015. "Adel Bouaoun s’était rasé les cheveux avant de partir en Syrie pour correspondre à la photo de la carte d’identité d’Adel Kermiche", révèle Kader. Et d'ajouter: "J’ai vu comment sa mère (celle de Bouaoun, ndlr) a réagi quand elle a découvert qu’il était parti en Syrie. Elle était effondrée… J’étais triste pour elle."

Si aujourd'hui Kader dit avoir tourné la page grâce à son père, il affirme avoir croisé Adel Kermiche il y a trois mois dans le bus. "Il avait toujours son comportement un petit peu bizarre, comme avant. Je lui ai dit 'Alors tu comptes partir une troisième fois en Syrie'. Il m'a répondu en rigolant: 'Non, ça ne sera pas la peine'". Mais Adel Kermiche lui demande avec insistance comment contacter Adel Bouaoun, son modèle, car celui-ci a réussi à rejoindre la Syrie en mars 2015 au moment où lui a été interpellé en Turquie.

"Heureusement j'ai rencontré les bonnes personnes"

"Il voulait sûrement essayer de planifier quelques chose ensemble", croit savoir Kader qui certifie: "C'est Adel Bouaoun qui lui a lavé la tête dès le début. J'en suis sûr et certain car c'est quelqu'un de manipulateur. Moi je suis tombé un petit peu dans le panneau aussi. Mais heureusement j'ai rencontré les bonnes personnes qui m'ont aidé… Heureusement je l'ai évité…" Car, rapidement, Kader sent qu'il "commence à se perdre et à se laisser emporter par Adel Bouaoun".

En plus de son père qui "heureusement" lui "parle", il se fait suivre par les Services Territoriaux Educatifs de Milieu Ouvert et rencontre une éducatrice qui le "raisonne": "Elle m'a dit ce qui se passait là-bas. Je suis vraiment content de ne pas être tombé dans le même trou qu'eux". Si Kader a gardé quelques temps le contact avec Adel Bouaoun après son arrivé en Syrie, aujourd’hui, il dit avoir supprimé toutes les conversations sur Facebook. Et quand il a découvert l'attentat à la télévision mardi, il assure avoir immédiatement pensé à Adel Kermiche.

Maxime Ricard avec Marion Dubreuil