RMC

Hollande et les magistrats: "Je pensais que Sarkozy était indépassable sur son mépris envers la justice"

Les magistrats ne décolèrent pas après les propos tenus par François Hollande les accusant de "lâcheté". "C'est gravissime", juge Philippe Bilger, magistrat honoraire,ce vendredi dans Bourdin Direct.

"François Hollande est allé très loin", estime Philippe Bilger, magistrat honoraire dans Bourdin Direct. Trop loin? Les magistrats ont été ulcérés par les propos de François Hollande les accusant de "lâcheté". Dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça", François Hollande déclare: "Cette institution, qui est une institution de lâcheté... Parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas le politique. La justice n'aime pas le politique..."

"C'est gravissime de la part d'un Président de la République qui sort enfin de l'ambiguïté. Il semblait respecter la magistrature et ça changeait par rapport au quinquennat précédent", juge Philippe Bilger.

Il n'aura fallu que deux jours pour que vole en éclats la relation plutôt apaisée depuis 2012 entre l'institution judiciaire et François Hollande. "François Hollande a réussi le tour de force de décevoir sur le plan judiciaire alors que je pensais que s'il y avait un domaine où Nicolas Sarkozy était indépassable c'était sur son mépris à l'égard de la justice. C'est comme si la classe politique ne parvenait pas à accepter la nécessité de la magistrature dans l'espace démocratique", estime aussi le magistrat honoraire.

Le président peut-il inverser la tendance? Pas vraiment selon Serge Portelli, magistrat président de chambre à la cour d'appel de Versailles: "Malheureusement il n'y a plus grand-chose à faire, le divorce est effectivement consommé. C'est quelque chose qui n'est pas rattrapable".

PB avec JJB