RMC

Info RMC - Quartiers d'évaluation de la radicalisation: près de 90 détenus liés au terrorisme jugés "dangereux"

Il y a un an étaient lancés les quartiers d'évaluation de la radicalisation en prison dans trois prisons d'Ile-de-France. Objectif: évaluer la dangerosité des détenus incarcérés pour des faits liés au terrorisme. Un an après, 180 détenus sont passés par ces quartiers.

En une seule année, près de 90 détenus poursuivis pour des faits liés au terrorisme ont été évalués "dangereux". 

Tous sont passés par l'un des trois quartiers d'évaluation de la radicalisation, à Fresnes, Osny et Fleury-Mérogis. Après quatre mois d'entretien avec des psychologues, des référents religieux, ces détenus ont été placés à l'isolement. Au total, 180 détenus radicalisés ont été évalués.

Près de 90 d'entre eux ont été considérés comme "dangereux" et placés dans une quarantaine de maison d'arrêt partout en France, l'autre moitié a rejoint la détention classique, mais en cellule individuelle et avec une surveillance renforcée assure l'administration pénitentiaire. 17 de ces détenus sont incarcérés au quartier "détenu violent" de la prison de Lille-Annœullin. 

57 détenus libérables à partir de 2020

Les quartiers d'évaluations de la radicalisation devraient être multipliés par deux dans les prochains mois. L'objectif des autorités: que les 506 prévenus ou condamnés liés à une affaire de terrorisme soient tous évalués, même chose également les détenus qui se sont radicalisés en prison (1123 selon administration pénitentiaire) L'autre moitié des détenus a rejoint la détention classique, mais en cellule individuelle et avec une surveillance renforcée assure l'administration pénitentiaire.

Selon l'administration pénitentiaire, 57 détenus condamnés pour des faits de terrorisme seront libérables à partir de 2020.

Céline Martelet et X.A