RMC

Isère: la disparition d'une jeune femme élucidée 36 ans après

Un véhicule de gendarmerie

Un véhicule de gendarmerie - Diarmid COURREGES / AFP

36 ans après la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra, en Isère, le principal suspect a fini par avouer cette affaire non-résolue.

C'était il y a presque 36 ans jour pour jour. Marie-Thérèse Bonfanti, 25 ans, avait disparue de manière inexpliquée, le 22 mai 1986, près de la gare de Pontcharra (Isère), à 40 km de Grenoble. Cette affaire a été "enfin élucidée". Un homme de 56 ans (24 ans à l'époque) a été mis en examen pour "enlèvement, séquestration et meurtre", a annoncé jeudi le parquet de Grenoble.

Ce jour là, la jeune femme distribuait des journaux devant la gare de Pontcharra-sur-Bréda - Allevard. Elle avait stationné son véhicule dans la ville, sac à main à l'intérieur, clés sur le contact, portière ouverte, avant de disparaître. Aucun corps n'a été retrouvé.

Une enquête fermée et réouverte

À l'époque, un enquête avait été ouverte, des recherches importantes avaient eu lieu. L'homme mis en cause, et qui a avoué aujourd'hui, avait été interrogé mais relâché, faute d'éléments probants. Il était, depuis, toujours considéré comme le principal suspect dans cette affaire.

L'enquête avait fait l'objet d'un non-lieu en novembre 1987. Elle avait par la suite été rouverte en 2020 notamment grâce à "la persévérance des familles" et à la "volonté" des enquêteurs, et les investigations confiées au groupe "cold case" de la section de recherche de la gendarmerie de Grenoble, a déclaré Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble lors d'un point presse.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC