RMC

"J'ai pris un coup de barre de fer derrière la tête et j'ai perdu connaissance": après son agression, ce maire de Côte-d'Or témoigne

TEMOIGNAGE RMC - Dimanche, Jean-Claude Girard avait demandé à un jeune homme en quad de ralentir. Le ton est très vite monté.

Une enquête a été ouverte après l'agression du maire d'Ouges (Côte-d'Or) dimanche en fin de journée.

Dimanche vers 18h30, le maire de cette commune située au sud de Dijon, Jean-Claude Girard, a demandé à un jeune homme faisant du quad à vive allure le long d'un canal fréquenté par des promeneurs de ralentir "au nom de ses pouvoirs de police", mais le ton est monté et le quadiste a menacé d'appeler du renfort.

Peu après, "sept à huit personnes" sont arrivées sur les lieux, armées de barres de fer, et s'en sont pris au maire en lui assénant "un coup derrière la tête", ainsi qu'à un habitant, qui est intervenu après avoir été témoin de la scène. Un autre habitant a finalement mis en fuite les agresseurs en exhibant une carabine de chasse.

Le maire de cette ville de quelque 1.600 habitants s'est vu reconnaître une interruption totale de travail de deux jours, selon la porte-parole.

"Je descends et je te casse la gueule"

Sur RMC, Jean-Claude Girard revient sur les faits et témoigne de la violence de cette agression: 

"Le quad a débouché du chemin de hallage avec une conduite complètement inadaptée et j'ai juste stoppé le jeune en lui demandant de rester prudent. Je me présente en ma qualité de maire. Il me dit alors: 'Je descends et je te casse la gueule'. Deux autres véhicules sont arrivés et j'ai pris un coup de barre de fer derrière la tête et j'ai perdu connaissance.
Nous sommes des élus de terrain, de proximité, d'écoute, d'échanges... Des évènements comme ça nous marquent: on peut imaginer une altercation, des insultes... Mais pas un tel déchainement de violence. C'est grave" confie-t-il, minerve autour du coup sur RMC.

Une enquête de gendarmerie est en cours, a précisé de son côté le procureur de la République de Dijon, qui n'a pas souhaité s'exprimer davantage mardi.

Le préfet de Côte-d'Or, Fabien Sudry, a condamné dans un communiqué "avec la plus grande fermeté l'agression dont a été victime le maire d'Ouges". "S'en prendre à un élu de la République, c'est s'en prendre à la République toute entière", a affirmé le préfet.

Cette nouvelle agression d'un édile a également suscité de vives réactions de responsables politiques, jusqu'au sein du gouvernement et dans d'autres régions.

Alexandra Sirgant avec Xavier Allain