RMC

Jonathann Daval confronté à sa belle-famille: "Nous voulons le regarder dans les yeux pour que la vérité éclate"

Jonathann Daval, principal suspect de l'affaire Alexia Daval sera confronté ce vendredi à sa belle-famille. Jonathann Daval les accuse de complicité dans la mort de son épouse.

Dans le bureau du juge ce vendredi matin, Jonathann Daval ne va pas revoir sa belle-famille unie, au complet, tel qu'il l'avait laissée lors de ces premiers aveux il y a 11 mois. Le mari d'Alexia va les voir défiler, les uns après les autres, en commençant par Grégory Gay, celui que Jonathann accuse aujourd'hui du meurtre de sa femme.

Un instant qui s'annonce tendu, un tournant dans cette affaire selon les avocats de toutes les parties. Gilles-Jean Portejoie défend les intérêts de la sœur et du beau-frère d'Alexia et souhaite vivement :

"Nous voulons l'avoir en face de nous, nous voulons le regarder dans les yeux pour que la vérité éclate au grand jour. Nous voulons tout savoir. Pourquoi ces coups d'une violence extrême que l'autopsie a révélés? Qui les a portés? Comment a-t-il pu les porter? Est-ce qu'il était seul? Se pose le problème d'une éventuelle complicité et d'une éventuelle préméditation que nous ne manquerons pas d'évoquer".

Quatre confrontations successives pour confirmer chacune des versions et peut-être faire avancer ce dossier en jouant sur l'émotion de ces acteurs. Car il reste des questions sans réponse: Jonathann a-t-il été aidé par des complices? Pourquoi les analyses toxicologiques d'Alexia révèlent la présence suspecte de médicaments? Le mari d'Alexia peut aussi, encore une fois, changer de version. L'avocat des parents de la victime résume bien ce qui pourrait se passer: soit un coup de théâtre survient soit c'est l'enlisement quasi-assuré du dossier.

Changement de version en juin

Quand il signale la "disparition" de sa femme fin octobre 2017, Jonathann Daval commence par pleurer à chaudes larmes sur l'épaule de ses beaux-parents. Ses pleurs redoublent d'intensité quand le corps d'Alexia est retrouvé deux jours plus tard en partie brûlé dans un bois, non loin de leur maison de Gray-la-Ville (Haute-Saône).

Mais fin janvier, les enquêteurs acquièrent la conviction que l'employée de banque de 29 ans n'est en fait jamais partie faire son footing. Face aux "éléments accablants" qu'ils ont réunis, notamment l'utilisation dans la nuit de sa voiture professionnelle, Jonathann est arrêté et avoue en garde à vue l'avoir étranglée lors d'une dispute.

En juin, il revient sur ses aveux, accusant sa belle-famille d'avoir conclu un "pacte secret" pour couvrir Grégory Gay qui aurait selon lui commis le geste fatal lors d'une "crise" de sa femme au domicile de ses beaux-parents. Des accusations maintenues la semaine passée lors de son interrogatoire de plus de quatre heures par le juge Uguen-Laithier.

Gwenaël Windrestin (avec P.B.)