RMC

L'IGPN saisie après des propos racistes lors d'une interpellation policière: ce que l'on sait

Une vidéo amateur, diffusée sur Twitter par le journaliste Taha Bouhafs, a provoqué de vives réactions dimanche.

"Un bicot comme ça, ça nage pas. Haha ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied": la diffusion d'une discussion de policiers après une interpellation dans une vidéo amateur a provoqué dimanche la saisine de la police des polices.

Sur cette vidéo diffusée dimanche après-midi sur le compte Twitter du journaliste du site Là-bas si j'y suis, Taha Bouhafs, des policiers sont filmés après une interpellation et ont des commentaires racistes à l'endroit d'un suspect qualifié de "bicot". La scène se passe visiblement de nuit et sur l'Ile-Saint-Denis, selon Taha Bouhafs. 

"Un bicot comme ça, ça nage pas", entend-on. "Haha ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied", est-il ajouté, laissant supposer que les agents ont sorti le suspect de l'eau de la Seine, toute proche. Sur d'autres images, on entend les policiers rire et des bruits sourds venant du fourgon policier où l'interpellé qui parait crier a été placé.

La préfecture de police a affirmé saisir l'inspection générale de la police nationale (IGPN). "Une vidéo montrant une intervention de police à l'Ile-Saint-Denis circule sur les réseaux sociaux. Le préfet de Police va saisir l'IGPN afin de faire toute la lumière sur les circonstances dans lesquelles les policiers sont intervenus et déterminer l'identité des auteurs des propos entendus", ont indiqué les autorités.

Selon la préfecture, les policiers intervenaient dans le cadre d'un vol en réunion. Selon les premiers éléments obtenus, "l'homme a été conduit à l'hôpital après sa chute dans la Seine", a déclaré à l'AFP la procureure de la République de Nanterre Catherine Denis selon qui aucune plainte n'a été pour l'heure déposée. 

Selon la magistrate, les policiers intervenants n'appartiendraient pas au commissariat de Villeneuve-la-Garenne comme l'affirme la vidéo, mais dépendraient néanmoins de la Direction territoriale de la sécurité de proximité des Hauts-de-Seine. 

La rédaction de RMC (avec AFP)