RMC

Les Balkany jettent l'éponge à Levallois, mais garderont un oeil sur la campagne: "Nous n'allons pas laisser cette ville à des incompétents"

Coup de théâtre à Levallois-Perret: Patrick et Isabelle Balkany ont renoncé mercredi à se présenter pour un sixième mandat à la tête de cette commune huppée des Hauts-de-Seine, le jour de la fin de leur procès en appel pour fraude fiscale lors duquel prison ferme et dix ans d'inéligibilité ont été requis contre eux.

Le maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany et son épouse et première adjointe Isabelle Balkany, renoncent à se représenter à la mairie. Le premier est incarcéré depuis le 13 septembre à la prison de la Santé après deux condamnations pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale.

Jeudi, à l'issue de leur procès en appel pour fraude fiscale, le parquet a demandé une peine de quatre ans de prison contre Patrick Balkany, quatre ans dont deux ans avec sursis contre Isabelle mais surtout, dix ans d'inéligibilité contre les deux, avec "exécution provisoire".

La décision doit être rendue le 4 mars prochain, soit onze jours avant le premier tour des municipales. Les époux Balkany dénoncent une "instruction à charge" et un calendrier judiciaire biaisé.

"C'est sa ville!"

Ils annoncent la nomination de deux proches pour conduire la liste de la majorité aux municipales de mars prochain. Une liste qu'ils "soutiendront".

Les époux Balkany ne brigueront donc pas de 6e mandat, mais ils ne resteront pas bien loin après 36 ans de règne sur Levallois. En 2020, ils ne seront pas sur les affiches municipales et Gisela, Levaloisienne, le regrette. "C'est un peu dur. Il s'est occupé de Levallois depuis très longtemps, c'est sa ville !"

La toute puissance du couple Balkany, Gérard Schrepfer, candidat socialiste aux municipales de 1985, en a fait les frais. Pour lui, il est temps de tourner la page.

"Avec leur politique clientéliste les Levalloisiens continuent à lui faire confiance car ils en tirent un intérêt, il est temps que ça se termine."

"C'est normal que nous travaillons en équipe comme nous l'avons toujours fait, ce n'est pas une mainmise"

Alors les Balkany vont-ils réellement s'effacer ? La campagne portera en tout cas leur marque. Isabelle Balkany ne s'en cache pas: "Nous n'allons pas laisser cette ville à des incompétents." Les Balkany ne seront, sans doute, jamais loin.

"C'est normal que nous travaillons en équipe comme nous l'avons toujours fait, ce n'est pas une mainmise. C'est même un plus pour la liste, car, au moins, les choses sont claires."

En février prochain, procès en appel pour les époux Balkany, cette fois pour blanchiment de fraude fiscale. En première instance, ils avaient été condamnés à cinq ans de prison ferme pour lui, quatre ans, pour elle. 

Rémi Ink et Romain Poisot (avec J.A.)