RMC

Les nouvelles révélations embarrassantes contre Rachida Dati au sein du groupe Renault

Mise en cause dans une enquête au sein du groupe Renault, Rachida Dati était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, vendredi.

Une enquête portant sur des faits de corruption, trafic d’influence et abus de biens sociaux. De nouvelles révélations mettent à mal Rachida Dati. Selon Le Monde, l'ancienne ministre de la Justice est soupçonnée d'avoir obtenu un emploi de complaisance et d'avoir touché une petite fortune au sein du groupe Renault, où elle a travaillé entre 2010 et 2012, lorsque Carlos Ghosn était encore PDG du groupe.

Mise en cause dans une enquête portant donc sur des faits de corruption, trafic d’influence et abus de biens sociaux, après avoir travaillé pour Renault entre 2010 et 2012, lorsque Carlos Ghosn était encore PDG du groupe, Rachida Dait s'est expliqué chez Jean-Jacques Bourdin, ce vendredi, en direct sur RMC.

Si l'enquête est ouverte depuis l'été 2019, elle n'a été rendue publique qu'en octobre dernier. Ainsi, l'ancienne Garde des Sceaux a plaidé l'innocence, estimant que le ministère de l'Intérieur était "peut-être" le pourvoyeur d'"informations" au quotidien.

Outre son enquête sur des soupçons d'abus de bien sociaux visant l'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, la justice française s'intéresse à des contrats signés par une filiale néerlandaise de Renault-Nissan et au million d'euros que Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer ont touché chacun mais dont aucune trace n'a été retrouvée. Des faits sur lesquels Le Monde est revenu jeudi dans une longue enquête, selon laquelle les enquêteurs ont mis la main au siège de Renault sur une pochette estampillée "R.D.".

Dans cet article, "tous les éléments qui sont écrits sont faux", a assuré Rachida Dati vendredi face à Jean-Jacques Bourdin, en dénonçant des "manoeuvres" et une tentative de la "faire taire".

Selon le dossier judiciaire, consulté par les journalistes du Monde, Rachida Dati a été embauchée en 2010 pour conseiller Carlos Ghosn, alors patron de Renault. Problème: aucune trace d'une telle activité n'aurait été retrouvée par les enquêteurs. Rachida Dati est pourtant rémunéré 25.000 euros par mois entre 2010 et 2012, soit 900.000 euros en tout. 

"Des rémunérations occultes et volontairement dissimulées" dénonce l'avocat d'une actionnaire de Renault qui a porté plainte contre Rachida Dati. En réalité, les juges d'instruction soupçonnent Rachida Dati d'avoir surtout été lobbyiste pour le groupe Renault, alors qu'elle était députée européenne dans le même temps. Un statut interdit pour tout parlementaire. 

"Normalement - je suis convaincue qu'il le fera - le procureur doit ouvrir une enquête sur cet article. Ils l'ont fait pour d'autres, je vais voir s'ils vont le faire pour moi", a ainsi plaidé Rachida Dati sur RMC. Mais "je dis bien à ceux qui ont donné l'information: vous n'allez pas entraver ni mes ambitions, ni mes déclarations, ni le fait de dire des vérités" a-t-elle précisé. La maire du 7ème arrondissement de Paris doit être entendue prochainement par les juges.
La rédaction de RMC (avec AFP)