RMC

Meurtre de Lola: l'avocat de la suspecte exclut tout mobile raciste

L'avocate de Dahbia B., principale suspecte dans l'affaire du meurtre de la jeune Lola, a assuré devant la presse ce mercredi que le mobile raciste pour ce crime était exclu. Sa cliente a été mise en examen lundi pour meurtre et viol aggravé sur mineur et écrouée.

L'avocat de Dahbia B., soupçonnée d'avoir violé, torturé et tué à Paris une collégienne de 12 ans, Lola, a exclu mercredi le mobile raciste et appelé à faire cesser les "mésinformations voire les mensonges" autour de cette affaire.

Me Alexandre Silva a démenti la rumeur qui "consisterait à laisser entendre que le mobile du meurtre de la petite Lola serait animé par un mobile raciste", lors d'un point presse au tribunal judiciaire de Paris.

"Ce mobile n'est absolument pas vérifié, c'est faux, cela n'a jamais été envisagé", a-t-il affirmé.

Dahbia B., 24 ans, a été mise en examen lundi pour meurtre et viol aggravé sur mineur, puis placée en détention provisoire. Aucune circonstance aggravante relative au racisme n'a été retenue à ce stade de l'enquête. "Le débat ou la récupération politique (...) qui découlent de cette rumeur et de bien évidemment l'OQTF", l'obligation de quitter le territoire qui avait été délivrée en août à sa cliente, est "une question politique sur laquelle je ne me pencherai pas puisque je ne suis qu'un modeste avocat", a commenté Me Silva.

Fortes critiques de la droite et de l'extrême droite

Les circonstances de la mort de Lola et le profil de la suspecte, de nationalité algérienne, ont suscité de vives critiques à droite et à l'extrême droite, qui ont notamment reproché au gouvernement une mauvaise gestion de l'immigration irrégulière.

L'avocat a également tenu à rappeler que, contrairement à ce qu'affirment "des intervenants sur les plateaux" de télévision, "il existe un certain nombre d'infractions particulièrement graves qui encourent la réclusion criminelle à perpétuité incompressible, c'est-à-dire sans possibilité pour la personne de ne jamais sortir de prison".

"L'infraction qui est précisément reprochée à ma cliente appartient à l'une de ces qualifications", a souligné Me Silva. En outre, il a rappelé qu'une personne déclarée irresponsable pénalement "peut passer l'intégralité de sa vie dans un hôpital psychiatrique dès lors qu'elle n'est pas jugée apte à être remise en liberté, si j'ose dire", a-t-il insisté.

Comme dans toute procédure criminelle, une ou plusieurs expertises psychiatriques seront ordonnées lors de l'instruction pour déterminer la responsabilité pénale de Dahbia B., qui souffrirait de troubles psychiatriques. "J'apporte ces précisions car ces mésinformations voire ces mensonges ont pour effet dans l'esprit du public de susciter une angoisse et surtout de ne pas avoir confiance dans la justice française", a aussi affirmé Me Silva.

La rédaction avec AFP