RMC

Nordahl Lelandais: Thomas Rauschkolb était-il sur la route du tueur en série présumé?

RMC
Thomas Rauschkolb, 18 ans, est mort dans la nuit du 26 au 27 décembre 2015 à proximité d'une boîte de nuit de Grésy-sur-Aix, en Savoie, dans laquelle il avait passé la soirée.

Le corps d'un homme mort en 2015 près de Chambéry a été exhumé la semaine passée dans le cadre d'une enquête pour meurtre, a annoncé lundi l'avocat de la famille, qui fait un lien avec Nordahl Lelandais, non confirmé de sources judiciaires.

L'avocat Bernard Boulloud avait relancé ce dossier en invoquant la possible implication du meurtrier présumé de la petite Maëlys.

Mais selon plusieurs sources judiciaires et proches du dossier interrogées par l'AFP, aucun élément de ce dossier, confié à un juge d'instruction, ne permet actuellement de mettre en cause Nordahl Lelandais.

Thomas Rauschkolb, 18 ans, est mort dans la nuit du 26 au 27 décembre 2015 à proximité d'une boîte de nuit de Grésy-sur-Aix, en Savoie, dans laquelle il avait passé la soirée. 

Le jeune homme avait été retrouvé dans un torrent après avoir franchi "deux palissades", dont une où il a laissé une ceinture. "Il fuyait quelqu'un, c'est obligatoire", estime Me Boulloud.

"On va ouvrir plusieurs portes"

"Il y a forcément, pour les parents, une piste criminelle", qui n'a pas été étudiée en 2015, ajoute leur avocat, qui précise qu'aucune autopsie n'avait alors été réalisée. Il avait été saisi par la famille à la suite d'une photo qui montrait l'ancien maitre-chien Nordahl Lelandais présent dans cette même discothèque trois ans avant, en 2012.

L'avocat avait déposé une plainte contre X pour meurtre, saisi un juge d'instruction et le corps de Thomas Rauschkolb a été exhumé le 9 mars "pour voir si la piste accidentelle est confirmée", selon Me Boulloud. "On va ouvrir plusieurs portes", dont la piste Lelandais est "l'une des premières", poursuit l'avocat des parents.

Nordahl Lelandais, qui avait avoué avoir tué "involontairement" la petite Maëlys De Araujo en août 2017, sera jugé en mai à Chambéry pour le meurtre du caporal Arthur Noyer en mars 2018.

La rédaction de RMC avec AFP