RMC

Procès de Jawad Bendaoud: "Maintenant qu'on a une partie du puzzle, on va le reconstituer"

Jawad Bendaoud, qui avait logé à Saint-Denis deux des auteurs des attentats jihadistes du 13 novembre 2015, sera fixé mercredi sur son sort. Pour Bilal Mokono, Bilal Mokono, victime des attentats du 13-Novembre, ce n'est qu'un début.

Ses avocats ont demandé la relaxe, le parquet a requis quatre ans de prison ferme: Jawad Bendaoud, qui avait logé à Saint-Denis deux des auteurs des attentats jihadistes du 13 novembre 2015, sera fixé mercredi sur son sort. 

Le jugement est très attendu dans ce premier procès en lien avec les plus sanglants attentats jamais commis en France, qui ont fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis. Cela tient aussi à la personnalité du prévenu, dont les déclarations au tribunal ont fait rire mais ont aussi consterné, notamment les victimes des attentats. 

Jawad Bendaoud, qui encourt six ans de prison ferme, est jugé pour "recel de malfaiteurs terroristes": il comparaît pour avoir mis à disposition d'Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats, et de son complice, Chakib Akrouh, un squat où ils s'étaient repliés, à Saint-Denis. C'est là qu'ils sont morts dans l'assaut des policiers du Raid, le 18 novembre 2015. 

"Je concentre mon attention sur le procès suivant: celui de Salah Abdeslam"

Savait-il que ces deux hommes faisaient partie du commando jihadiste ayant ensanglanté la capitale ? Savait-il qu'il s'agissait de criminels ? Ces questions ont été au centre du procès qui a démarré le 24 janvier. Mais depuis le 18 novembre 2015, Jawad Bendaoud nie.

Bilal Mokono est une victime des attentats du 13-Novembre, au Stade de France. Il a assisté à tout ce procès et estime que ce n'est en réalité qu'un début:

"Je suis apaisé, maintenant, car je concentre mon attention sur le procès suivant: celui de Salah Abdeslam. Salah Abdeslam ne s'exprime pas, il faut le pousser à s'exprimer. J'espère que par nous, il y arrivera. La preuve: on a réussi à pousser Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen à s'exprimer. Nous, ce qu'on veut, c'est qu'ils disent la vérité. Je suis détendu pour préparer un procès qui va arriver en 2020-2021. Maintenant qu'on a une partie du puzzle, on va le reconstituer"
Claire Andrieux et X.A