RMC

Procès des bonbonnes de Notre-Dame: cinq femmes comparaissent devant les assises anti-terroristes

Plusieurs bonbonnes de gaz avaient été retrouvées dans une voiture près de Notre-Dame de Paris. Le procès d'Ornella Gilligmann et Inès Madani, considérée comme le cerveau de l'opération, s'ouvre ce lundi.

En 2016, un attentat à la voiture piégé avait été évité en plein cœur de Paris. Les autorités avaient découvert une voiture chargée de six bonbonnes de gaz près de la cathédrale Notre Dame de Paris. Celle-ci avait été abandonnée par deux femmes : Ines Madani et Ornella Gilligmann. L’objectif était de faire exploser les terrasses avoisinantes. 

Les deux femmes avaient été interpellées quelques jours plus tard. Elles comparaissent à partir d'aujourd'hui pour association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes et tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste. À leur côté, trois autres femmes encourent elles aussi la prison à perpétuité. Elles sont soupçonnées d'avoir fomenté une deuxième attaque dans les jours qui ont suivi.

À l'été 2016, Inès Madani n'a que 19 ans. Sur les réseaux sociaux, elle évoque un projet d'attentat avec une mère de famille radicalisée. Une attaque à la voiture piégée en plein Paris. Un plan largement inspiré de Rachid Kassim, un djihadiste français en Syrie qui dispense ses conseils sur la messagerie cryptée Telegram. 

Le mauvais carburant

Les deux complices achètent six bonbonnes de gaz et abandonnent leur voiture à côté de Notre Dame. Seule une erreur sur le choix de carburant fait capoter l'opération. La mère de famille abandonne et prend la fuite. Inès, elle, prépare une nouvelle attaque. Sous les instructions de Rachid Kassim, elle entre en contact avec deux autres femmes. 

Acculé par les forces de l'ordre, le trio armé de couteau de cuisine blesse un policier avant d'être arrêté. Dans le sac d’Inès Madani, les enquêteurs retrouvent ce serment d'allégeance à Daesh. "Je vous attaque dans vos terres afin de vous terroriser". 

Marion Dubreuil avec Guillaume Descours