RMC

Procès du meurtrier présumé de la joggeuse de Bouloc: "J'attends qu'il parle" confie le mari de la victime

TÉMOIGNAGE RMC - A partir de ce jeudi, Laurent Dejean comparaît devant les assises de la Haute-Garonne. Il est soupçonné du meurtre de Patricia Bouchon, qui avait disparu le 14 février 2011 à Bouloc près de Toulouse, lors de son jogging matinal.

Ce jeudi matin, s'ouvre le procès de Laurent Dejean devant les assises de la Haute-Garonne. Cet ouvrier plaquiste, âgé de 39 ans au lourd profil psychiatrique, va devoir répondre du meurtre de Patricia Bouchon, survenu le 14 février 2011 à Bouloc près de Toulouse.

Ce jour-là, cette femme de 49 ans ne rentre pas de son jogging matinal. Son mari, Christian Bouchon alerte les secours et une enquête est ouverte pour "disparition inquiétante".

Le lendemain, sur le chemin qu'empruntait la joggeuse, d'importantes traces de sang, des cheveux et des objets lui appartenant étaient retrouvés. Le 29 mars, son corps est retrouvé dans un conduit d'eau passant sous la route.

L'accusé a toujours nié les faits

Au terme d'une enquête méticuleuse, agrégeant plusieurs témoignages, confrontant les emplois du temps, recomposant les habitudes de la victime, les gendarmes ont pu réunir un faisceau d'éléments concordants sans jamais, par ailleurs, parvenir à obtenir les aveux de l'accusé.

L'accusation repose sur le témoignage d'un seul homme, un automobiliste qui affirme avoir vu l'accusé ce jour-là sur les lieux du meurtre. Il affirme également qu’il le reconnait à 90%. C’est son témoignage qui a pu permettre la réalisation d’un portrait-robot: celui d’un homme avec une barbe et portant un bonnet. Grâce à ce portrait-robot, les gendarmes sont remontés jusqu’à Laurent Dejean. Cet ouvrier plaquiste possédait une Clio dans laquelle le témoin l’aurait aperçu le matin du meurtre et dont il se serait séparé quelques jours à peine après la disparition de la joggeuse. C’est ce que confirme l’ex-petite amie de l’accusé.

"Nos regards vont se croiser"

Depuis son arrestation, le meurtrier présumé affirme qu’il n’a rien à voir avec ce meurtre. L’ADN d’un homme a bien été retrouvé sur le corps de la joggeuse mais il ne correspond pas à celui de Laurent Dejean.

La famille de Patricia Bouchon attend ce procès avec impatience.

"On attend des réponses, on attend que Laurent Dejean parle tout simplement, nous voit. Nos regards vont se croiser, on va essayer de comprendre l'un et l'autre. Moi j'attends surtout qu'il parle. Jusqu'à aujourd'hui, il n'a encore rien dit. Il va falloir qu'il s'exprime et que l'on essaie d'analyser et de comprendre ce qu'il va nous dire", a confié Christian Bouchon au micro de RMC.

La fille de la victime Carlyne Bouchon s'attend à revivre des moments difficiles: "Je ne redoute pas cet affrontement, j'ai juste envie de l'entendre dire la vérité ou qu'il me dise droit dans les yeux qu'il est innocent parce que je veux vraiment le voir le dire. C'est 8 ans sans un membre important de ma famille, je suis fille unique. On m'a enlevé une grosse partie de moi. C'est un manque. J'y pense tous les jours d'autant plus que je vis à Toulouse".

Jugé pour "homicide volontaire", Laurent Dejean encourt trente ans de réclusion criminelle.

Jean-Wilfrid Forquès avec Paulina Benavente