RMC

Professeur décapité: une onzième personne en garde à vue

Des candidats de téléréalité agressent un maire de la Réunion: "Ils m'ont frappé à coups de poing, ma femme était plaquée au sol" 

Des candidats de téléréalité agressent un maire de la Réunion: "Ils m'ont frappé à coups de poing, ma femme était plaquée au sol"  - NRJ12

Onze personnes sont désormais en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie dans les Yvelines.

Une onzième personne a été placée en garde à vue dimanche matin dans le cadre de l'enquête sur la décapitation d'un professeur d'histoire dans les Yvelines, a appris l'AFP de source judiciaire. Cette personne est issue de l'entourage de l'assaillant, Abdoullakh A., un Russe tchétchène de 18 ans qui a été tué vendredi par les policiers, a précisé cette source à l'AFP. Selon BFMTV, il s'agirait d'un ami de l'assaillant.

Plusieurs personnes de la famille du tueur - ses parents, son grand-père et son petit frère - ainsi que de son entourage proche ont été interpellées dès vendredi soir.

Un militant islamiste en garde à vue

Le père d'une élève de la victime et un militant islamiste très actif, Abdelhakim Sefrioui, sont aussi en garde à vue depuis samedi. Toutes les gardes à vue se poursuivaient dimanche matin.

Vendredi vers 17H00, Abdouallakh A. a décapité Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie, à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d'être tué de neuf balles par des policiers à 200 mètres de là. Ce professeur avait récemment montré des caricatures de Mahomet à ses élèves de 4e dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression.

G.D. avec AFP