RMC

Quand des policiers de Toulon font maladroitement de l’humour sur le dos de leurs ministres

INFORMATION RMC - L'un des exercices exposait dans son énoncé les noms du ministre de la Justice, de l’Intérieur, du Premier ministre et d’autres politiques bien connus comme intervenants et protagonistes d’une situation de vol avec violence…

Une blague... qui n'a pas fait rire tout le monde. C'est une information que RMC vous révèle: une épreuve écrite interne de recrutement de la Brigade Anti-criminalité de Toulon destinée à des gardiens de la paix, qui s’est déroulée la semaine dernière, ne passe pas auprès de la hiérarchie.

L'un des exercices exposait dans son énoncé les noms du ministre de la Justice, de l'Intérieur, du Premier ministre et d’autres politiques bien connus comme intervenants et protagonistes d’une situation de vol avec violence. 

Dans ce document officiel à l’en-tête du Centre de formation de la police du Var, on demande à une dizaine de candidats de se mettre à la place du brigadier-chef Dupond-Moretti, accompagné des gardiens de la paix Darmanin et Castex... Tous trois témoins du vol avec violence du sac à main d’une jeune fille.

Espièglerie

Une patrouille, pas comme les autres donc, qui finit par rattraper les deux voleurs qui se nomment Nicoli Sarkosa et un certain Fillaun. Deux "voleurs" qui étaient effectivement en possession de l’argent et du téléphone d’une certaine Madame Bete Ancourt.

Bref, si on s’amuse bien visiblement pendant les concours de recrutement de la bac de Toulon, beaucoup moins place Beauvau et à la tête du commissariat de la ville. L’humour espiègle et quelque peu irrévérencieux de l’auteur de ce document officiel a été peu goûté par la hiérarchie policière et ministérielle qui a ouvert une enquête disciplinaire et administrative. 

L’auteur de ces lignes a manqué de discernement mais n’a pas voulu nuire, explique-t-on auprès de certains de ses collègues pour tenter de relativiser cet énoncé d’une redoutable espièglerie…

Lionel Dian