RMC

"Sa nomination était déjà un affront aux politiques féministes": Eric Piolle tacle Gérald Darmanin après la passe d'armes sur l'insécurité

Document RMC - Le maire de Grenoble Eric Piolle s'en est pris au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui reproche aux maires EELV de ne pas en faire assez contre l'insécurité.

L'enquête se poursuit à Lyon après des tirs contre des membres de la BAC qui surveillaient un point de deal lundi soir dans le quartier de La Duchère. Si aucun blessé n'est à déplorer, cette histoire relance le débat sur la vidéosurveillance. Gérald Darmanin a écrit une lettre au maire EELV de Lyon Grégory Doucet, pour déplorer l'absence de caméras dans le quartier où les policiers ont essuyé des tirs. Selon le ministre de l'Intérieur, les maires EELV auraient des "problèmes idéologiques avec la vidéosurveillance".

Des propos qui n'ont pas plu à Eric Piolle, le maire EELV de Grenoble: "On est pragmatique, ce qui me frappe c'est d'avoir un ministre de l'Intérieur qui fait de la surenchère de polémique", a-t-il assuré ce mercredi sur RMC. "Il continue sa surenchère fait divers après fait divers. À chaque fois, c'est des coups de menton", ajoute le maire de Grenoble. Si les maires EELV sont dans le viseur, c'est parce que la campagne présidentielle bat son plein estime l'élu.

"C'est l'homme des polémiques alors qu'il ferait mieux d'être l'homme des politiques"

"Gérald Darmanin est le fer de lance de cette espèce de confusion avec l'extrême-droite pour le président Emmanuel Macron. Gérald Darmanin dans sa nomination était déjà un choc et un affront à toutes les politiques féministes par son parcours et son histoire récente. C'est l'homme des polémiques alors qu'il ferait mieux d'être l'homme des politiques", ajoute Eric Piolle très remonté contre le ministre, évoquant les accusations de viol et de harcèlement à son encontre lors de son accession au ministère de l'Intérieur.

"Il ne parle pas de justice, pas de prévention, pas de réinsertion ni de politique alors qu'on a le pire taux de récidive d'Europe. En tant que ministre de l'Intérieur il devrait s'en préoccuper. Pourquoi on a un taux de récidive de 59% dans les 5 ans?", interroge le maire de Grenoble.

Pour un assouplissement de la législation

Sur le fond du problème, Eric Piolle assure que la vidéosurveillance ne marche pas contre le deal et assez peu dans les transports en commun et que les caméras sont dégradées rapidement tout comme l'éclairage public: "La stratégie française de lutte contre la drogue est un échec complet. On a la politique la plus répressive d'Europe en matière de sécurité, notre bilan, il n'y a que des polémiques et pas de résultats. Et en matière de santé, on a le record d'Europe de consommation de drogue chez les jeunes alors qu'on sait que c'est à un âge où ça dégrade le cerveau".

La solution selon lui? Un assouplissement de la législation avant une éventuelle légalisation: "L'ensemble du monde est en train de réguler, comme au Portugal ou aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, même les plus durs des Républicains se sont dit qu'ils s'étaient plantés. C'est un constat pragmatique. Il ne faut pas oublier que ces polémiques permanentes masquent une insécurité sociale réelle et une insécurité face au dérèglement climatique".

>> A LIRE AUSSI - Une première en France: panne géante des bracelets électroniques lundi

Guillaume Dussourt