RMC

Un "engin explosif artisanal" lancé contre des policiers à Lille: qui sont les deux personnes interpellées?

Le parquet a ouvert une enquête pour des faits de violence avec arme sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

"Les policiers étaient clairement visés" assure une source proche de l'enquête. Un "engin explosif artisanal" a été projeté au sol mardi midi en direction de policiers qui sécurisaient la gare de Lille-Flandres et a explosé sans faire de blessé.

Il était alors 12h30: la manifestation n'a même pas commencé, quand cette bouteille remplie d'acide, d'aluminium et de clous, est jetée au pied des policiers.

"Heureusement, l'un d'eux à un très bon réflexe", explique cette même source: le gardien de la paix se retourne, aperçoit la bouteille gonflée par la réaction chimique. Il crie, tout le monde s'écarte... et l'engin explose sans faire de blessé. Pourtant, il y a des projections jusqu'à 5 mètres et le parvis de cette gare est très fréquenté. 

Les deux individus - dont un mineur - sont rapidement identifiés par un témoin et par les caméras de surveillance. Les deux suspects sont interpellés 2h30 plus tard dans le cortège des manifestants contre la réforme des retraites. "Des marginaux", selon une source policière, dont l'un est porteur d'un sac à dos dans lequel se trouve une bouteille explosive, de même composition, que celle jetée devant la gare.

Entendus par la police judiciaire de Lille, le parquet a ouvert une enquête pour des faits de violence avec arme sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

"Cet acte marque un intolérable franchissement de palier dans la violence", a dénoncé pour sa part le préfet du Nord, Michel Lalande, qui évoque dans un communiqué "la projection d'un engin détonant dans une intention manifeste de blesser". 

Maxime Brandstaetter