RMC

Un homme enlevé en plein centre de Marseille, puis retrouvé carbonisé: un voisin a filmé la scène insoutenable

DOCUMENT RMC - Dans une vidéo insoutenable filmée au beau milieu la nuit et que RMC a pu consulter, on peut voir un homme traîné dans la rue par deux personnes vêtues de noir, pendant qu’une troisième monte la garde, arme longue à la main.

Le corps d'un homme a été retrouvé carbonisé dans une voiture à Marseille dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'agirait d'un homme de 27 ans enlevée en pleine rue dans la nuit de samedi à dimanche dans le 4e arrondissement de la cité phocéenne. Selon les premiers éléments, la victime aurait été enlevée dans le 4e arrondissement, en plein centre de la cité phocéenne.

Dans une vidéo insoutenable filmée au beau milieu la nuit et que RMC a pu consulter, on y voit un homme traîné dans la rue par deux personnes vêtues de noir, pendant qu’une troisième monte la garde, arme longue à la main.

L’homme supplie, jure qu’il n’a rien à voir avec cette histoire mais ses agresseurs le font rentrer de force dans le coffre d’une voiture noire. Une voiture qui semble être celle retrouvée 1,5km plus loin dans le 13e arrondissement de Marseille, carbonisée, avec dans le coffre un corps qui est “probablement” celui de la personne enlevée détaille la procureure de Marseille. Un crime horrible, traditionnel dans le milieu du banditisme Marseillais.

>> A LIRE AUSSI - Adolescent de 14 ans tué à Marseille: pourquoi les victimes de règlements de compte sont de plus en plus jeunes?

Deux autres personnes abattues dans la même nuit

Plus tôt dans la nuit deux autres hommes 25 et 26 ans ont été tués, par balles. Les 3 victimes étaient connues des services de police pour trafic de produits stupéfiants. Les enquêtes ont été confiées à la police judiciaire.

La semaine dernière c’est un enfant de 14 ans qui était abattu avec un fusil d’assaut. Même s’il est trop tôt pour établir un lien entre ces règlements de compte, il apparaît évident qu’une guerre des gangs sur fond de trafic de stupéfiant est en cours dans la cité phocéenne. 

Sans compter ces 3 victimes et l'adolescent abattu mercredi soir, 11 personnes sont mortes dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l'année assure la Préfecture de police.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: des gendarmes s'élèvent contre l'obligation vaccinale à laquelle ils doivent désormais se soumettre

Maxime Brandstaetter (avec G.D.)