RMC

2017: "Marine Le Pen a laissé tomber l'ancien FN, l'image de Jean-Marie, à la fin, c'était un peu néfaste"

-

- - AFP

Marine Le Pen se lance vers 2017. Elle était ce week-end à Fréjus dans le Var face aux militants frontistes. Nouvelle stratégie de la candidate à l'élection présidentielle: gommer l'image du Front national.

Dans les allées de ces université d’été rebaptisées Estivales de Marine Le Pen, on cherche les affiches estampillées FN. Il n’y en a pas. Le logo, la flamme bleu blanc rouge, a disparu lui aussi. Le parti s’efface derrière la candidate.

Eric et Jackie, deux militants du Var, approuvent: "Le logo c'était la base au début du grand-père. Maintenant ça s'est démocratisé, 'c'est un parti comme les autres. 'La France apaisée' c'est son nouveau slogan, ce n'est pas plus mal. Elle a laissé tomber l'ancien Front national, l'image de Jean-Marie, à la fin, c'était un peu néfaste".

Et quand on parle de personnalisation du pouvoir à l’extrême, David Rachline, le directeur de campagne fraîchement intronisé, met les choses au point: "Marine Le Pen est la candidate de tous les Français. Mais on va dépasser le cadre du Front national, on va avoir des personnes qui viennent de tous les horizons politiques, de la gauche, de la droite. Le projet de Marine Le Pen ne sera pas exactement celui du Front national".

Nicolas Bay rappelle la ligne dure du parti

Marine le Pen le sait: si elle veut gagner des électeurs et des voix en 2017 elle va devoir apparaître comme celle qui peut rassembler et surtout pas comme la présidente d’un parti d’extrême-droite.

C'est le numéro 3 du parti, l'ancien mégrétiste Nicolas Bay, qui a rappelé la ligne dure du parti sur l'immigration: il faut faire "le regroupement familial" des étrangers dans leur "pays d'origine".

Appelant à non seulement "arrêter l'immigration mais aussi inverser la tendance" en la matière, l'eurodéputé a estimé, très applaudi, que "la place des clandestins n'est pas dans des camps payés par les contribuables, c'est dans les charters".

P.B. avec Stéphanie Collié à Fréjus