RMC

Affaire Ferrand: "On ne doit pas avoir un retour de la morale, car c'est un peu le début de la charia"

Interrogé sur l'affaire qui touche Richard Ferrand, qui devrait prendre la tête du groupe La République en marche à l'Assemblée, le député (LREM) Joachim Son-Forget, a appelé à "ne pas mettre la morale au-dessus de la loi", ce jeudi dans Bourdin Direct.

 Il fait partie de ces nouveaux visages de la macronie. Joachim Son-Forget, député (LREM) de la sixième circonscription des Français de l’étranger (qui regroupe les Français habitant en Suisse et au Liechtenstein) était l'invité de Bourdin Direct ce jeudi. Interrogé sur l'affaire Ferrand, ce médecin-radiologue de 34 ans qui travaille à l’hôpital universitaire de Lausanne, a appelé à "ne pas mettre la morale au-dessus de la loi".

"D'une part vous avez la loi, et aussi l'éthique personnelle, et vous avez eu cette idée passagère que la morale pourrait être au-dessus de la loi et de l'éthique. Donc ça amène un débat philosophique un peu complexe. Je pense que l'on ne doit pas avoir un retour de la morale, parce que c'est le début de la charia – excusez-moi j'utilise un peu des grands mots."

"Ferrand chef du groupe LREM à l'Assemblée? J'espère qu'on aura le choix"

"Il apparaît clairement, en tout cas, parmi la jeune génération de parlementaires qui viennent d'arriver, qu'il y a des comportements, des éléments, avec des choses qui peuvent être légales, mais pour lesquelles on se dit: moi, est-ce que j'aurais fait ça?", a-t-il poursuivi.

Le nouveau député qui souhaite par ailleurs qu'il y ait une autre candidature en plus de celle de Richard Ferrand pour la tête du groupe LREM à l'Assemblée. "Ce que j'appelle de mes vœux, en effet, c'est que l'on ait le choix. C'est la base de la démocratie. Nous sommes des gens très divers qui ont été investis et élus, et l'intérêt c'est que nous ne soyons pas godillots".

P. Gril avec JJ. Bourdin