RMC

Affaires: "On a l'impression qu'il y a beaucoup de tripatouillages et que la politique sent un peu mauvais"

Après les révélations sur les affaires immobilières et familiales de Richard Ferrand, le Front national met en cause une vingtaine d'eurodéputés pour d'éventuels emplois fictifs d'assistants au Parlement européen. Autant d'affaires qui, à 11 jours du premier tour des législatives, exaspèrent les électeurs.

A chaque jour ou presque sa nouvelle révélation, son nouveau soupçon sur tel ou tel élu. Après avoir fait de la moralisation de la vie publique le premier chantier de son quinquennat, Emmanuel Macron voit cette exigence ternie par les affaires dans lesquelles seraient impliqués les ministres Richard Ferrand et Marielle de Sarnez. Conséquence: à 11 jours du premier tour des élections législatives, les électeurs désespèrent. C'est le cas notamment de Sylvie qui dit son ras-le-bol face à cette situation: "Grossièrement, j'ai envie de dire m… ! On a l'impression qu'il y a beaucoup de tripatouillages et que la politique sent un peu mauvais".

De son côté, Hervé ne se montre pas vraiment étonné par toutes ces affaires. Il tente même de comprendre: "Les hommes politiques ont un peu les mêmes défauts que tout le monde même si je pense qu'ils ont plus de tentations". Pour autant, si ces affaires vont beaucoup faire parler, elles n'auront finalement que peu d'impact sur la mobilisation des électeurs lors du prochain scrutin estime le politologue Stéphane Rozès.

"Ces affaires procéderont plus d'un impact négatif dans l'opinion en termes d'image que véritablement d'un impact électoral", assure-t-il. Ainsi, selon un sondage, 63% des électeurs ont prévu d'aller voter pour ces législatives. Une participation qui serait en hausse de six points par rapport à 2012.

M.R avec Juliette Droz