RMC

Borloo franchit le Rubicon et quitte l'UMP

« Les coulisses de la politique » du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC, avec Christophe Jakubyszyn.

« Les coulisses de la politique » du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC, avec Christophe Jakubyszyn. - -

C'est fait, Jean-Louis Borloo a franchi le Rubicon. Hier jeudi, il a annoncé qu'il quittait l’UMP, emportant avec lui le Parti radical. Quelles seront les conséquences de cette rupture? Cela va-t-il entraîner la mort de l’UMP ? Et mettre en danger Nicolas Sarkozy ?

Cela ressemble à la mort de l'UMP. Le grand parti de la droite qui avait réussi la fusion du RPR et de l’UDF a sans doute vécu. Certes pour le moment l’Alliance Républicaine de Jean-Louis Borloo est encore modeste. Le Parti radical, le plus vieux parti de France, ne compte que quelques milliers d’adhérents. Mais si on ajoute le Nouveau Centre d’Hervé Morin et la Gauche Moderne de Jean-Marie Bockel, ça commence à ressembler à quelque chose comme l’UDF. D’autant que ce nouveau parti naît sur une rupture idéologique, en décalage avec la ligne droitière défendue par Nicolas Sarkozy : l’insécurité, l’immigration, la recherche de boucs émissaires comme les chômeurs qui trichent, les Rmistes qui profitent, les fraudeurs de la Sécu… Une ligne dure qui peut parfois flirter avec le Front national. Les radicaux et les centristes reprennent leurs billes et vont désormais faire vivre une autre sensibilité de la majorité.

Jean-Louis Borloo est-il toujours dans la majorité ?

Lorsque vous interrogez son entourage et ses lieutenants, vous vous apercevez que la question de savoir si l'ancien ministre de l'Ecologie fait toujours partie de la majorité n’est pas tranchée. Il y a ceux qui disent que Jean-Louis Borloo va peser dans la majorité et qu'il va forcer Nicolas Sarkozy à revenir à la raison en le poussant à choisir une ligne politique plus modérée. Puis il y a ceux qui pensent (et ils sont nombreux au sein même de l'UMP) que c'est une fâcherie. Ils considèrent que Jean-Louis Borloo boude, mais sont persuadés qu’il reviendra et qu'il ramènera à Nicolas Sarkozy les brebis égarées du centre. Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle relativise cette sortie de l'UMP. Pour elle, « on va habiter dans deux appartements séparés, mais on reste dans la même maison et surtout dans la même famille ». Elle précise d'ailleurs que « les clefs restent sur la porte et quand il veut, il revient à la maison. ». Et puis il y a les autres qui pensent que le divorce est consommé. Certains sont persuadés que Jean-Louis Borloo a largué les amarres et qu’il ne fera plus alliance avec Nicolas Sarkozy. D'ailleurs hier soir, Jean-Louis Borloo a clairement exclu d'être Premier ministre en 2012. Son message était on ne peut plus clair: «il n’y pas de ma part la moindre négociation. Je ne serai pas un éventuel premier ministre dans 14 ou 15 mois ».

Jean-Louis Borloo sera-t-il candidat à la présidentielle ?

C’est l’autre surprise de la soirée d’hier, Jean-Louis Borloo a été plus clair que d’habitude sur 2012. On lui reproche parfois d’être un peu hésitant, de ne pas aller au bout. Mais cette fois, il a fait preuve de conviction et de détermination. Interrogé sur une possible candidature, il a répondu : « Si mes amis le souhaitent (...) et bien à ce moment-là on le fera. Je garderai en dernier ressort ma propre décision ».
Au fond, tout cela ne traduit-il pas la certitude de Jean-Louis Borloo que Nicolas Sarkozy va perdre l’élection présidentielle ? Probablement. Il l’a dit d’ailleurs hier soir, au détour d'une petite phrase passée presque inaperçue : « J'ai la conviction que l'UMP aura du mal à résister à l'alternance ». Il est même prêt à assumer le procès qu’on pourrait lui faire en avril 2012. Celui d’avoir fait perdre Nicolas Sarkozy. Comme on avait reproché à Jean-Pierre Chevènement, candidat, d’avoir fait perdre Jospin. «Je n'ai pas à empêcher Marine Le Pen d'aller au second tour », a-t-il glissé.
Au fond, Jean-Louis Borloo ne sait sans doute pas encore où il va, mais maintenant c’est clair… il y va.

Ecoutez ci-dessous « Les coulisses de la politique » du vendredi 8 avril sur RMC avec Christophe Jakubyszyn et Jean-Jacques Bourdin :

Christophe Jakubyszyn