RMC

Bruno Gollnisch: "Plus aucun historien sérieux ne pense que Pétain est un traître à la nation"

La rupture est désormais consommée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille, qui compte l'empêcher de mener son dernier combat électoral et ouvre la porte à d’éventuelles sanctions. Parmi les rares soutiens de Jean-Marie Le Pen, le député européen FN Bruno Gollnisch, répondait ce jeudi en direct aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

En pleine guerre ouverte entre Marine Le Pen et son père, après ses récents propos dans Rivarol et sur les ondes, se pose pour la première fois au Front National la question de sanctions contre le président d’honneur du parti d’extrême droite. Parmi les rares soutiens de Jean-Marie Le Pen, le député européen Bruno Gollnisch, répondait ce jeudi en direct aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

"C'est aux électeurs de décider"

Pour la première fois, Marine Le Pen dépasse la simple condamnation des propos de son père, pas inédits sur le fond, en annonçant son intention de l'empêcher de concourir aux élections régionales en Paca en décembre. "C’est aux électeurs de décider de ces questions, rétorque Bruno Gollnisch. Il me semble que [Jean-Marie Le Pen] a obtenu (…) lors des dernières élections européennes (…) plus de 30% des suffrages, abonde-t-il. Cela me parait tout à fait significatif."

Si Marine Le Pen va jusqu’à l’exclusion de son père, est-il prêt à le suivre pour créer un nouveau parti? "C’est une hypothèse que je ne veux même pas envisager, élude-t-il. Il me paraîtrait assez mirobolant d’exclure, pour des positions qui ne sont pas nouvelles, un homme qui a été le fondateur de ce mouvement."

"La sanction contre Mme Leclere était excessive"

Le FN a pourtant bien exclu, en novembre 2013, une militante, Anne-Sophie Leclere, qui avait comparé Christiane Taubira à un singe. Pourquoi le parti n’appliquerait-il pas la même sanction à Jean-Marie Le Pen?

"Je suis de ceux qui ont considéré que la sanction contre Madame Leclere était peut-être excessive. Cela requérait sans doute un blâme: c’est une plaisanterie de mauvais goût," ajoute Bruno Gollnish qui semble avoir oublié que l’ex-militante a été condamnée pour ces propos racistes à une peine de 9 mois de prison ferme, 5 ans inéligibilité assortis d'une amende de 50.000 euros.

"Ce que Jean-Marie Le Pen a dit chez vous est intéressant"

Jean-Marie Le Pen serait-il au-dessus des lois du parti? "Je pense que ce mouvement lui doit, d’abord son existence, ensuite, sa progression pendant des années, explique Gollnisch. C’est homme d’expérience qui dit encore des choses intéressantes, (…) En particulier, ce qu’il a dit chez vous, qui a provoqué ce tollé [Jean-Marie Le Pen avait de nouveau qualifié les chambres à gaz de "détail" de la Seconde Guerre mondiale, ndlr], est intéressant."

Interrogé sur les propos tenus par Jean-Marie Le Pen dans Rivarol, dans lequel le président d’honneur du FN trouve que l’"on a été très dur avec Pétain", Bruno Gollnisch persiste et signe: "Pétain a été condamné (…) dans un procès politique, et dans l’ambiance incroyable de l’époque, d’avoir préparé la défaite de la France, déclare l’eurodéputé FN. Plus aucun historien sérieux ne pense cela, et votre collègue Eric Zemmour, qui est un homme, je crois, d’un jugement assez sain, a lui-même tempéré ce jugement."

C. P. avec Jean-Jacques Bourdin