RMC

"C'est l'heure des comptes": François Ruffin donne le ton avant la grève

Le député de la Somme François Ruffin était l'invité de RMC-BFMTV ce mercredi, avant une mobilisation nationale contre la réforme de retraites ce jeudi qui sera très scrutée.

"C'est l'heure des comptes". François Ruffin a annoncé la couleur ce mercredi sur RMC-BFMTV, à la veille d'une mobilisation nationale contre la réforme des retraites. Le texte de la réforme, qui sera présenté lundi en Conseil des ministres, sera examiné à partir du 6 février dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale et les débats au Parlement devront être bouclés d'ici au 26 mars.

François Ruffin en sera l'un des coordinateurs pour la Nupes à l'Assemblée nationale lors d'un examen qui s'annonce houleux. Selon lui, la journée de mobilisation de jeudi est "l'heure des comptes" pour l'exécutif.

"Après la crise Covid, la crise de l'énergie, la crise en Ukraine... C'est l'heure de tirer le bilan d'un Emmanuel Macron qui avait dit que 'notre pays repose tout entier repose aujourd'hui sur ces femmes et ces hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal' (13 avril 2020 ndlr)", récite-t-il robotiquement. "C'est facile à retenir car le 'Macron de gauche' dure 30 secondes donc j'ai les moyens de le connaître par coeur", s'amuse-t-il.

"Qu'au minimum les plus privilégiés soient mis à contribution, or ils ne le sont pas"

Selon lui cette réforme qui prévoit d'allonger l'âge de départ à 64 ans et d'augmenter la durée de cotisation est "injuste" et "pas nécessaire", et devrait être financée plutôt par les profits des ultra-riches.

"Il y a une nécessité d'aller taper là-dedans. C'est une évidence qu'il faut une contribution des grandes fortunes", lance-t-il, notant que la réforme est perçue comme injuste "y compris par des macronistes".

Le député de la Somme estime qu'au final les "modérés" ne seraient pas ceux que l'on croit, mais bien les élus de la Nupes.

"Car il y a une indescence avec l'hyper-gavage en haut, pour une poignée. On vient juste demander que des limites soient posées à tout ça, quand des sacrifices sont demandés en permanance aux Français. Qu'au minimum les plus privilégiés soient mis à contribution, or ils ne le sont pas", note-t-il.

"Ceux qui bloquent le pays, ce sont Emmanuel Macron et Elisabeth Borne"

François Ruffin se défend de vouloir "bloquer le pays" jeudi 19 janvier, mais assume totalement que la France soit à l'arrêt.

"Ceux qui bloquent le pays ce sont Emmanuel Macron et Elisabeth Borne", riposte-t-il. "Il faut montrer au président qu'il y a une opposition très ferme à cette réforme particulièrement injuste après trois où les Français ont déjà tout encaissé", lance-t-il estimant que le chef de l'Etat "s'assoit sur les désirs des Français" qui seraient 59% à être opposés à cette réforme selon plusieurs sondages.

Il s'attend à un mouvement de grève très fort pour jeudi: les retours qu'il a sur le terrain dans sa circonscription de la Somme après avoir tracté devant les usines d'Amiens-Nord lui feraient croire que la mobilisation de jeudi devrait être conséquente. "Je vois que c'est très réceptif".

J.A.