RMC

Candidature d'Arnaud Montebourg: "C'est très ambitieux ce qu'il annonce mais j'y crois"

REACTIONS - L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a annoncé ce dimanche à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire) sa candidature à l'élection présidentielle, dans un discours-fleuve où il a éreinté le bilan du quinquennat de François Hollande, qui n'est selon lui "pas défendable". Une candidature qui fait parler…

Deux ans après sa démission du gouvernement, Arnaud Montebourg a annoncé ce dimanche sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 lors de son traditionnel rendez-vous de la Fête de la Rose, à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). Et lors de son discours d'annonce de candidature, l'ancien ministre de l'Economie s'en est violemment pris au président de la République, François Hollande. Une opposition au chef de l'Etat qui sera l'un de ses axes de campagne. Mais, dans un discours de plus d'une heure, Arnaud Montebourg a aussi détaillé certaines de ses propositions pour la France.

Un discours qui semble avoir convaincu les centaines de participants présents pour l’écouter comme Fadela. "A chaque fois que je viens il m'épate, assure-t-elle sur RMC. C'est un grand orateur. Il arrive à séduire beaucoup de monde. C'est très ambitieux ce qu'il annonce mais j'y crois. J'ai de l'espoir… J'espère qu'il réussira. Je lui souhaite beaucoup de réussite". S'il a annoncé sa candidature à la présidentielle, Arnaud Montebourg a laissé planer le doute quant à une éventuelle candidature à la primaire socialiste.

"Il ne s'agit pas de se disputer les électeurs mais de les convaincre"

Or avec Jean-Luc Mélenchon et un candidat écologiste, un risque d'émiettement des voix pouvant mettre la gauche en danger est possible. Ce n'est toutefois pas l'avis d'Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. "Je crois qu'il ne faut pas avoir peur d'être de plus en plus nombreux à participer au débat, indique-t-il sur RMC. Quand différents 'émetteurs politiques' se mettent à parler d'une même voix, c'est tant mieux. Il ne s'agit pas de se disputer les électeurs mais de les convaincre".

"Considérer que le problème, après ces cinq années terribles de François Hollande, serait le fait que des candidats se présentent, ce serait faire porter la responsabilité sur les autres les difficultés que ce gouvernement a lui-même fabriquer", considère-t-il encore. Florian Phillipot, vice-président du Front National, n'est pas du même avis. Il estime que ce décalage avec sa famille politique fait perdre toute crédibilité à Arnaud Montebourg.

"Des problèmes de cohérence et de crédibilité"

"Beaucoup des propositions qu'il avance sont singées sur le Front national, estime-t-il. Que ce soit le patriotisme économique, le protectionnisme, l'arrêt de l'austérité, le service national obligatoire, etc. Cela permet de mettre ces idées que nous portons encore plus en lumière mais la question qui se pose est celle de sa crédibilité. Quand François Hollande est taclé par Arnaud Montebourg, en réalité c'est Arnaud Montebourg qui est taclé par Arnaud Montebourg".

"Se pose aussi la question de la cohérence, poursuit-il. Parmi toutes les mesures qu'il propose, et il y en a beaucoup avec lesquelles nous sommes d'accord puisqu'elles viennent de chez nous, la plupart ne sont pas réalisables si on reste dans l'Union européenne. Il y a donc un problème de cohérence et de crédibilité".

M. Ricard avec E. Bertholomey et M. Robquin