RMC

Coupe du monde: Emmanuel Macron se rend au Qatar pour les Bleus, bonne ou mauvaise idée?

Comme il l'avait promis, Emmanuel Macron va se rendre au Qatar pour assister à la demi-finale des Bleus contre le Maroc, mercredi. Cette venue fait débat alors que les conditions d'attribution et de préparation de cette Coupe du monde sont plus que controversées.

Si le roi du Maroc a décidé de ne pas se rendre au Qatar, Emmanuel Macron va tenir sa promesse: il assistera à la demi-finale de l'équipe de France face au Maroc, mercredi.

Ce déplacement est l'objet d'un vrai débat. Il y a d'abord les conditions d'attribution de ce mondial, autour desquelles gravitent des questions de corruption. La question de la préparation de la compétition aussi est controversée, après la mort de centaines d'ouvriers sur les chantiers, entre autres.

Jordan Bardella, président du Rassemblement national, a dit qu'il n'y serait pas allé lui-même mais qu'il estimait qu'il ne fallait pas reprocher au chef de l'État son déplacement.

De son côté, Manuel Bompard, nouveau chef de file des Insoumis, estime qu'Emmanuel Macron a tort. "Les Bleus n’ont pas besoin de sa présence en tribune, par contre, les droits de l’Homme ont besoin de l’action diplomatique", a-t-il dit.

Un moment inopportun?

"Je pense que ça serait hypocrite de ne pas y aller. Se réjouir que les Bleus gagnent la coupe du monde et en même temps ne pas vouloir être dans les tribunes pour y assister, serait une espèce de schizophrénie qui me paraît étrange", affirme Laurent Dandrieu, chroniqueur dans "Estelle Midi" et rédacteur en chef culture à Valeurs Actuelles.

En revanche, il note un "timing bizarre au moment où éclatent les révélations sur la corruption initiée par le Qatar au Parlement".

Pour Laurent, commercial en Haute-Garonne, il y a effectivement ces révélations qui posent question mais aussi la situation en France. "On fait face à une difficulté énergétique très importante en France et aujourd’hui, notre président va se déplacer pour une demi-finale. C’est très bien pour les jeunes mais je pense qu’il a autre chose à faire actuellement."

Les menaces de boycott d'avant coupe du monde semblent d'ailleurs très loin: samedi, le match France-Angleterre a réuni 17,7 millions de téléspectateurs sur TF1. C'est un nouveau record pour cette année 2022.

"C'est son boulot d'y aller"

Donc, "il faut qu’il y aille car on voit que le boycott est un échec cuisant", estime, de son côté, Pierre-Édouard Magnan, chroniqueur dans "Estelle Midi" et militant associatif.

S'il y va, il faut qu’il ait un certain nombre de paroles, cela pèsera plus que de ne pas y aller", ajoute-t-il.

Ce déplacement du chef de l'État pourrait-il permettre des rencontres politiques? Jérôme Lavrilleux, chroniqueur et ancien député, l'espère. "C’est son boulot d’y aller, comme on va voir un partenaire commercial et politique. Je suis désolé mais personne n’a craché sur le Qatar quand il s'est agi d'évacuer tous les diplomates et ressortissants français d’Afghanistan vers le Qatar avant de les rapatrier en France", s'agace-t-il.

Pour l'heure, on ignore les détails du voyage et si des rencontres sont prévues. "Je reviendrai avec le président mercredi, les détails du voyage restent à caler, il avait pris cet engagement et il le tiendra, il le tiendra avec bonheur", a déclaré Amélie Oudéa-Castéra qui a assisté samedi soir à la victoire des Bleus face aux Anglais (2-1) en quarts de finale.

AB