RMC

Coupe du monde au Qatar: pourquoi Macron demande-t-il à ne pas politiser le sport?

À l'aube de la Coupe du monde 2022 au Qatar, le président de la République Emmanuel Macron a appelé à ne pas politiser le sport, alors que de nombreuses voix dénoncent l'organisation de ce Mondial dans la monarchie du Golfe.

Le coup d'envoi de la Coupe du monde 2022 doit être donné dimanche. A cette occasion, le pays hôte, le Qatar, affrontera l'Equateur. Mais avant même les premières passes et les premiers buts, ce mondial fait couler de l'encre. Pas question pourtant de "politiser" la compétition assure Emmanuel Macron.

Pas question donc de porter un brassard arc-en-ciel pour dénoncer l'homophobie et soutenir les droits des LGBT malmenés au Qatar, comme l'a assuré le capitaine et gardien des Bleus Hugo Lloris, après les réticences du président de la Fédération française de football Noël Le Graët.

"On n'a pas à respecter l'homophobie"

"L'équipe de France représente la France et donc ses valeurs et elle doit les véhiculer. Or, l'homophobie n'est pas une valeur de notre République, c'est même un délit", assure Mourad Boudjellal. "Je serais fier que l'Equipe de France représente les valeurs de la France", appelle l'ancien président du club de rugby de Toulon, le RCT, qui à cette occasion rappelle avoir touché de l'argent du Qatar via un contrat avec l'équipementier Burda.

Pour le docteur Jérôme Marty, on ne peut cependant pas demander aux sportifs de véhiculer ces valeurs: "Il ne faut pas les obliger, ça doit être le choix des hommes de cette équipe", estime le praticien qui déplore cependant les propos d'Hugo Lloris, qui avait appelé à "respecter" les cultures: "On n'a pas à respecter l'homophobie, On n'a pas à respecter un pays qui méprise le droit des femmes et qui est le dernier esclavagiste", appelle Jérôme Marty. "Ce n'est pas une démocratie, c'est une monarchie qui ne respecte aucun droit", ajoute le médecin.

"Ils n'ont rien demandé les joueurs de foot"

"On va dans un pays qui bafoue les droits de l'homme et on leur demande de porter un brassard, mais ils n'ont rien demandé les joueurs de foot", rappelle Sarah Saldmann Ils n'ont choisi ni la localisation, ni les modalités, pourquoi leur imposer un brassard", estime l'avocate.

"Bien entendu, cela serait bien de le faire mais pour moi la liberté individuelle doit primer sur une localisation qu'ils n'ont pas choisie", ajoute Sarah Saldmann.

D'autres sélections européennes plus actives

Certaines fédérations européennes n'ont pas hésité à prendre position publiquement. Dix d'entre elles ont répondu à la Fifa qui leur intimait dans un courrier de "se concentrer" sur le football: l'Allemagne, l'Angleterre, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, le pays de Galles, le Portugal ainsi que la Norvège et la Suède, (pas qualifiées pour la Coupe du monde) ont réaffirmer leur volonté de défendre les droits humains. La sélection anglaise est prête à porter un brassard arc-en-ciel et à payer une amende. Le Danemark de son côté, jouera avec deux maillots très sobres, pour dénoncer le non-respect des droits de l'homme au Qatar.

Sauf surprise de dernière minute, les joueurs de l'équipe de France eux, devraient rester concentrés sur le football uniquement. Pour le plus grand plaisir de Noël Le Graët et d'Emmanuel Macron donc.

G.D.