RMC

Darmanin ministre de l'Action et des Comptes publics: "ce n'est que du carriérisme. Il n'y a pas d'idéologie"

Ce mercredi, Gérald Darmanin a été nommé ministre de l'Action et des Comptes publics. Auparavant, depuis 2014, il était maire de Tourcoing. Alors que pensent les habitants de cette nomination? RMC est allée leur poser la question.

Il est le plus jeune ministre du nouveau gouvernement: Gérald Darmanin, 34 ans, est désormais ministre de l’Action et des comptes publics. L’ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite et du centre, vice-président LR à la région Hauts-de-France intègre le premier gouvernement d’Emmanuel Macron. Une surprise pour certains de ses collègues de droite, d’autant qu’il y a une semaine tout juste, il s’affichait aux côtés de François Baroin pour un déplacement de campagne dans le Nord.

Mais pour beaucoup d'habitants de Tourcoing, ville où il a été élu maire en 2014, sa nomination est une bonne chose. "On est content parce que tout va bien avec lui. On est satisfait. Maintenant, on va voir ce qu'il va donner", indique cette habitante. Youssef, 25 ans, qui a bénéficié d’un emploi aidé par la ville, reconnait des qualités au nouveau ministre: "C'est quelqu'un qui peut redynamiser les choses. Il bosse, est à l'écoute et il est jeune, ce qui est une bonne chose. Je pense que ça peut apporter".

"C'est un très bon gestionnaire"

Un avis que ne partage pas l’un de ses amis, Alexis, qui dénonce l’attitude de celui qui fut il y a quelques mois encore porte-parole de Nicolas Sarkozy. "C'est un carriériste parce qu'à l'origine c'est un bras droit de Nicolas Sarkozy, déplore-t-il. Il est censé être de droite maintenant il est En Marche!, je ne comprends plus rien. Ce n'est que du carriérisme. Il n'y a pas d'idéologie." Doriane Bécu, adjointe au maire, juge pour sa part que la nomination de Gérald Darmanin est justifiée.

"On a récupéré une ville qui était vraiment en grosses difficultés, avec 144 millions d'euros de dettes. Et nous sommes arrivés à diminuer cet endettement, argumente-t-elle. On a aussi réussi à diminuer les impôts locaux, la taxe d'habitation. Cela montre que Gérald Darmanin est un très bon gestionnaire". Cette fois, la tâche s’annonce plus grande. Le nouveau ministre hérite en effet d’une dette colossale (2,171 milliards d'euros en 2016, NDLR) et d’un déficit public à faire passer sous les 3% comme l'a promis Emmanuel Macron lors de sa campagne.

M.R avec Lionel Top