RMC

Doigt d'honneur d'Eric Zemmour à Marseille: "Il n'a pas l'attitude pour devenir Président, il est trop arrogant"

Le doigt d'honneur du polémiste, déjà en perte de vitesse, passe mal auprès de l'opinion publique. De quoi sceller mettre un coup de frein à sa campagne déjà mal en point.

Eric Zemmour perd pied. Après une percée fulgurante dans les sondages, le polémiste a vu sa cote redescendre rapidement. La raison ? plusieurs sorties peu appréciées, notamment devant le Bataclan le 13 novembre dernier où il avait accusé la gauche à l'époque au pouvoir, d'avoir laissé rentrer sur le territoire les terroristes impliqués. Dernier fait majeur en date, un doigt d'honneur adressé samedi à une femme dans les rues de Marseille qui achève de mettre à mal l'image du toujours putatif candidat à la présidentielle 2022.

Si jusqu'ici, ni les sorties douteuses du récidiviste de l'incitation à la haine n'ont ébranlé sa non-campagne jusqu'ici, c'est ce doigt d'honneur qui pourrait définitivement mettre à mal ses ambitions présidentielles. Car pour de nombreux observateurs, ce geste est éloigné de la stature présidentielle: "D'un chef d'Etat, j'attends une vision pour la France, deux trois grosses mesures fortes et aussi une attitude. On l'attend au-dessus des Français. Il n'a pas l'attitude, il est arrogant, il s'est vu plus gros qu'il n'est", juge Joëlle Dago-Serry ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Même s'il ne s'est pas déclaré officiellement, il a commencé sa campagne début septembre, très tôt donc et là on a l'impression qu'il est en fin de campagne. Pendant ces nombreux mois où il s'est déplacé, il n'a pas réussi à faire émerger un autre sujet que l'immigration. Pendant qu'on était pris avec l'augmentation du gaz et de l'électricité, il était encore un 'mono-sujet'. S'il continue comme ça, on s'avance tranquillement vers la fin", ajoute-t-elle.

>> A LIRE AUSSI - Doigt d'honneur d'Eric Zemmour: ses proches doutent mais ne lâchent pas le polémiste

"Toute l'organisation autour du déplacement est un gros bide"

Même son de cloche pour l'agriculteur Didier Giraud qui trouve Eric Zemmour bien éloigné du Général de Gaulle dont il se revendique pourtant: "Le doigt d'honneur, c'est une chose, mais de la part d'un mec qui se déclare successeur du Général de Gaulle... J'ai du mal à imaginer la scène", assure-t-il. "Toute l'organisation autour du déplacement est un gros bide. En écoutant les témoignages on s'aperçoit qu'ils erraient dans les rues sans savoir qui ils allaient contrôler. Il est seul, derrière lui il n'y a pas d'équipe capable d'organiser un meeting ou un déplacement".

Son équipe justement, juge selon nos informations le geste déplacé. Chez ses soutiens on évoque une campagne "d’amateur" ou "folklorique" au sein de laquelle tout se fait entre Sarah Knafo et Eric Zemmour: "On navigue à vue… à tel point qu’un accident industriel est possible", prédisent certains soutiens. "Ce n'est pas le geste le plus élégant", concède sur RMC Stanislas Rigault le président de Génération Zemmour. Mais pas question de lâcher le polémiste: "On ne change rien", assure un membre de son équipe alors que l'annonce de sa candidature est imminente.

Pour le président de Génération Zemmour, ce qui devrait d'ailleurs indigner l'opinion publique, ce n'est pas le doigt d'honneur mais les violences qui ont émaillé le déplacement d'Eric Zemmour: "Ce qui devrait indigner la classe politique et médiatique, ce sont les vitrines caillassées, ce sont les racailles d'antifas qui ont caillassé un restaurant et séquestré des militants pendant deux heures. Personne ne s'en est indigné, sauf des journaux de droite et ça c'est le vrai scandale". Car avant le doigt d'honneur, le week-end marseillais d'Eric Zemmour a été houleux. Attendu par des opposants, il a d'abord été contraint de descendre du train à Aix-en-Provence au lieu de Marseille. En balade dans les rues du Panier à Marseille, il a essuyé insultes et jets d'œufs avant que le restaurant où il dinait vendredi soir, soit la cible des opposants qui ont déversé devant l'entrée poubelles et déchets.

>> A LIRE AUSSI - Doigt d'honneur d'Eric Zemmour: le déroulé de la visite mouvementé du polémiste à Marseille

Guillaume Dussourt