RMC

Cinq réacteurs nucléaires doivent rouvrir avant la fin de la semaine, le gouvernement reste prudent

La fin du long tunnel pour EDF? Cinq réacteurs nucléaires, dont les maintenances sont terminées, vont pouvoir rouvrir. Ces derniers jours, la moitiée des réacteurs du parc nucléaire français étaient toujours à l'arrêt. 

EDF a vécu une année noire sur le plan de la production d'électricité en 2022. Ces derniers jours, la moitié des réacteurs du parc nucléaire français étaient encore à l’arrêt. À l'origine de cette situation, le retard des maintenances, dû au Covid, et la découverte, l'hiver dernier, de problèmes de corrosion, contraignant EDF à entreprendre un contrôle quasi-général.

Le 4 octobre, l'entreprise a annoncé que les travaux de réparation de circuits de trois réacteurs nucléaires, touchés par le phénomène de corrosion sous contrainte, étaient achevés. Cela concerne Bugey 4, Chinon B3 et Cattenom 4.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, cinq réacteurs doivent rouvrir d'ici la fin de cette semaine: Nogent 1 et Bugey 2, le 7 octobre, Paluel 2 et Cruas 4 le 8 octobre et Cruas 3 le 9 octobre. Ces réacteurs produisent l'équivalent de 10% de la production d'électricité nucléaire.

L'ensemble du parc rouvert d'ici février?

En revanche, EDF a aussi annoncé que le réacteur de Flamanville 2 (Manche), arrêté depuis le 11 février, ne sera pas redémarré dans les prochains jours, comme prévu initialement, mais le 26 novembre. Le producteur d'électricité prévoit de rouvrir six autres réacteurs en octobre, huit en novembre, quatre en décembre, trois en janvier puis deux en février. Condition quasiment sine qua non pour pouvoir échapper aux coupures et au rationnement.

Le gouvernement reste en revanche très prudent, car le rédémarrage des réacteurs a déjà pris du retard. "J'attends de voir, moi je ne crois plus ce que dit EDF", confiait récemment un ministre.

Jérémy Trottin