RMC

Emmanuel Macron insulté par un artiste: Jean-Michel Apathie dénonce "un mot inacceptable"

L'éditorialiste politique Jean-Michel Apathie, invité d"Estelle Midi" ce lundi sur RMC et RMC Story, estime choquant que personne ne se soit indigné des insultes proférées par un artiste samedi au Touquet visant Emmanuel Macron.

"Macron enculé". Polémique au Touquet samedi après des propos insultants tenus par Marc Rebillet, artiste franco-américain, à l'encontre du président de la République. Il s’était fait connaître pendant le confinement par des performances artistiques en direct chaque soir, en peignoir, et était invité ce week-end d'un festival de musique dans une ville où Emmanuel Macron a ses habitudes, et où il est inscrit sur les listes électorales.

Quelques minutes avant l'arrivée du président de la République sur les lieux du festival, l'artiste s'est lâché et a sorti quelques insultes au micro, lançant la foule sur des airs de "Macron dégage" ou encore le peu subtil: "Macron enculé".

Jean-Michel Apathie, journaliste politique et éditorialiste, était l'invité d'Estelle Midi ce lundi sur RMC et RMC Story, pour évoquer cette séquence. Il rappelle dans un premier temps qu'il est normal que le président de la République soit critiqué, mais est tout de même choqué par les mots utilisés, et également par le manque de réactions politiques à la suite de ces insultes.

"Dans une démocratie, le titulaire de la fonction est toujours critiqué. Chez nous, Valéry Giscard-d'Estaing a beaucoup été insulté. Quand il sort de l’Elysée après avoir passé les pouvoirs à Mitterrand en 1981, il sort à pied et des gens l’ont insulté de visu. Nicolas Sarkozy a été un des plus insultés, Hollande moqué… Cela fait partie de la démocratie. Mais deux choses me choquent, le mot qu’emploie l’artiste et l’absence de réaction par rapport au mot qu’emploie l’artiste."

"On est au-delà de la critique, on est dans une insulte homophobe"

L'utilisation du mot "enculé" en 2022, qui avait fait débat dans les stades de foot il y a quelques années, est pour Jean-Michel Apathie inacceptable. Ce dernier espère que des plaintes seront déposées.

"Nous sommes en 2022, et il est désormais acquis qu’il y a des insultes homophobes et sexistes. Traiter quelqu’un d’enculé en France, on essaie de lutter contre cela. Ce sont des mots utilisés par des hétérosexuels d’un autre âge, et qui pensent que certaines pratiques sexuelles dévalorisent les individus. Et voilà que cet artiste emploie ce mot sur scène. Et ce mot est inacceptable. On est au-delà de la critique, on est dans une insulte homophobe. J’espère que des associations porteront plainte contre cet artiste."

Le journaliste regrette que la classe politique dans son ensemble ne se soit pas élevée pour défendre le président de la République dans ce contexte.

"La deuxième chose qui me choque est que personne ne réagisse à la nature-même de l’insulte. Tout est bon contre Macron. Nous sommes dans une violence qui n’a plus rien de démocratique. La critique oui, l’insulte non. Il faut dénoncer ces attitudes-là", conclut-il.

J.A.