RMC

"Expliquez-nous": pourquoi la France est-elle contrainte à renforcer la force Barkhane au Sahel?

La France va envoyer des renforts au Sahel. Emmanuel Macron l’a annoncé lundi soir à Pau a l’issue d’un sommet avec les cinq  président de la zone. 220 soldats supplémentaires vont rejoindre les 4.500 hommes de l’opération Barkhane. Pourquoi ces renforts?

Ca se passe mal ces derniers mois au Sahel. Depuis 6 ans maintenant, la France essaie de faire la police dans le désert, de la Mauritanie jusqu’au Tchad, en passant par le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Un territoire plus grand que l’Europe.

Depuis six ans dans sa lutte contre les groupes terroristes islamiques la France a connu des victoires et des échecs, mais depuis deux mois et demi, ce sont bien les terroristes qui s’imposent et qui sèment la mort.

Principalement au centre de la zone, le long du fleuve Niger à la frontière du Mali, du Burkina et du Niger. Jeudi dernier, 89 morts dans l’attaque d’un camp militaire au Niger. Plusieurs centaines d’assaillants sont arrivés à moto et sur des pick-ups. Ils ont massacré les soldats.

Le 10 décembre dernier un autre camp de la région avait déjà été attaqué par 500 djihadistes. 71 morts. Au Mali, même bilan: 150 morts en deux mois dans des attaques contre l'armée et contre des civils. Au Burkina Faso, des massacres épouvantables. Des collégiens tué le 4 janvier. 31 femmes dans un village la veille de Noel. 750 morts en 5 ans.

Tout cela dans la zone ou la France a elle même perdu 13 soldats le 25 novembre. Dont onze du régiment d’hélicoptères de combat de Pau. C’est pour cela que ce sommet sur le Sahel a été organisé à Pau lundi.

Qu'a-t-on décidé au cours de ce sommet?

La France a donc annoncé faire encore un effort avec l’envoi de ces 220 soldats supplémentaires. L’opération Barkhane va aussi se recentrer sur cette terrible région des trois frontières et constituer une force de réaction rapide censée réagir vite a chaque attaque terroristes.

Mais Emmanuel Macron avait surtout invité, voir convoqué les 5 présidents du Sahel pour leur demander de prendre une position claire et public. Que ces 5 présidents assument que la France est présente au Sahel à leur demande, pour assurer leur protection, et non pas avec des visées coloniales, pour contrôler les matières premières et l’uranium en particulier.

Pourquoi cette mise au point est-elle nécessaire? 

Parce que la France est en train de perdre la bataille de l’opinion. Vendredi dernier à Bamako capitale du Mali, plusieurs centaines de manifestants criaient "la France dehors". On a brûlé des drapeaux tricolores, et on a vu des portraits de Macron avec la moustache d’Hitler.

Au Mali et au Burkina Faso, une pétition en ligne a recueilli plusieurs centaines de milliers de signatures pour demander l’intervention de la Russie. Pourquoi la Russie ? J’ai posé la question lundi à un chef d’entreprise très influent à Ouagadougou au Burkina. Il ma dit: "On souhaite Poutine pour qu’il fasse la même chose qu’en Tchétchénie. Qu’il aille chercher les terroristes jusque dans les chiottes".

Il m’a expliqué qu’il est désormais impossible de circuler dans le pays. Que les terroristes gagnent du terrain vers le sud, c’est à dire vers la Cote d’Ivoire et le Ghana. Toute la région est menacée. Ce que l’on reproche donc a la France ce n’est pas d'être l’ancienne puissance coloniale, mais c’est son inefficacité, de ne pas parvenir à assurer la sécurité.

Est-ce un reproche justifié?

Non, c’est un reproche très injuste. Parce que c’est mission impossible. Les Français ont déjà perdu 41 soldats là-bas. Ils se battent presque toutes les semaines. Il y a dix jours a Serma au Mali, un mirage 2.000 a frappé un camps de djihadistes, des hélicoptères ont ensuite déposé des commando français qui ont tué 10 terroristes et saisi leurs 15 motos. Une autre opération quelque jours avant avait abouti a la mort de 9 djihadistes dont trois tués par un drone français. Puisque pour la premier fois la France utilise désormais des drones armées.

Est-ce que l’on a une chance de gagner cette guerre?

Aucune. Aucune chance à mon avis. Les Américains qui nous aident beaucoup en matière de renseignement, de drones et de satellites sont sur le point de nous abandonner. Même si Emmanuel Macron lundi soir leur a demandé de revenir sur leur décision. Les Européens qui sont censés nous fournir des forces spéciales traînent les pieds.

Mais même avec les Américains, même avec les Européens, cette guerre sera perdue. Tous les militaires le disent. On ne peut que retarder l'expansion d’Al-Qaïda et de l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest.

Donc pour résumer: si on reste, ça va certainement mal finir. Mais si on part, c’est pire, c’est le chaos assuré et la victoire immédiate des terroristes.

Nicolas Poincaré