RMC

Hayange: le président du Secours populaire dénonce "une initiative fasciste"

REACTIONS - La municipalité (FN) de Hayange (Moselle) menace d'expulser dans les jours à venir l'antenne locale du Secours populaire qui occupait jusqu'à présent un local municipal à titre gratuit, et à qui elle reproche de mener une "propagande pro-migrants".

Fabien Engelmann, le maire FN de Hayange en Moselle demande au Secours populaire faire ses valises. Il accuse la présidente de l'association locale d''être trop marquée à gauche" et trop "pro migrants". Il lui reproche aussi d'utiliser l'image du Secours populaire pour faire de la politique. "On ne peut pas se permettre de garder une association qui se sert de certains médias pour nuire à l'image du maire et du Front national, justifie l'élu sur RMC. On n'a jamais vu ça ! N'importe quel maire de France ne l'accepterait pas".

"C'est scandaleux"

Des accusations qu'Anne Duflot-Allievi, la présidente du Secours populaire d'Hayange ne comprend pas: "On ne fait pas de politique. Ce n'est pas notre combat, certifie-t-elle dans Bourdin Direct. Nous, notre combat c'est de se battre contre la misère, d'aider les plus démunis. Je ne sais pas où le maire a vu que l'on était militants au Parti communiste, c'est faux, archi-faux. Il invente".

Invité ce vendredi sur RMC, Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, a répondu à Fabien Engelmann: "C'est scandaleux ! C'est vraiment avec une grande émotion que j'ai appris cette nouvelle. Ça me fait penser à l'expression 'Tirer sur une ambulance'. (Le maire) tire sur des gens qui se dévouent sans compter pour apporter la solidarité dans cette ville, comme dans toute la France, qui ne prennent jamais position sur des problèmes politiques".

"Le maire de Hayange est un forcené du racisme"

Et d'attaquer: "Ce que l'on sait, c'est que le maire se prépare à mettre en place (à la place du Secours populaire, ndlr) une organisation de caractère fasciste. C'est une association qui se donne pour but, et ils le disent très clairement, d'aider les Français seulement. C’est-à-dire que nous faisons face à une véritable campagne raciste, anti-étrangers qui est vraiment indigne d'un maire".

"Reprocher à une association de solidarité de faire la solidarité aux réfugiés, à ces enfants, ces femmes qui ont dû quitter leur pays non pas pour venir au Club Med mais parce qu'ils étaient chassés de leur pays par la guerre, la dictature, c'est renier tout le passé de la France terre d'asile et de la Ligue des droits de l'Homme, poursuit Julien Lauprêtre. C'est tellement injuste, odieux. C'est vraiment une initiative de caractère fasciste. Le maire de Hayange a l'inhumanité au cœur. C'est un forcené du racisme et de l'antisémitisme". Concernant les accusations d'un supposé militantisme politique, le président du Secours populaire assure que l'association "est du bord de l'indépendance. Nous ne faisons que de la solidarité. Nous n'avons aucun fil à la patte, aucune préférence. On reste dans le domaine de la solidarité."

Invité de RMC ce vendredi, François Fillon s'est exprimé sur le sujet. Voici ce qu'il en pense: 

Maxime Ricard avec Claire Andrieux