RMC

Insultes et "soirée clandestine": polémique à l'école de police de Nîmes en plein couvre-feu

Lundi matin sur RMC, Gérald Darmanin a indiqué que ces élèves qui ont organisé une fête clandestine "seront exclus".

De la musique, des boissons, des cris: étonnante soirée dans des chambres et le parking de l'école de police de Nîmes. Et puis, des élèves policiers qui... insultent d'autres policiers. Sur des vidéos mises en ligne sur le compte Twitter d'un journaliste de BFMTV, qui a révélé l'affaire dimanche, on voit des élèves réunis sur un parking, avec de la musique en fond sonore.

Ces vidéos ont été tournées vers 21h00 alors qu'une brigade canine était venue chercher ses chiens au chenil situé dans l'enceinte de l'école au moment de sa prise de service. Elle a découvert la soirée en entendant de la musique, a expliqué la source policière.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a dénoncé dimanche l'organisation en plein couvre-feu d'une "soirée clandestine" mercredi à l'école de police de Nîmes, jugeant les faits, "s'ils sont avérés", "inacceptables". "Des élèves de l'école de police de Nîmes auraient organisé une 'soirée clandestine' en plein confinement. Totalement inacceptable.", a tweeté le ministre. "Si ce fait est avéré, les élèves responsables ne seront pas dignes de porter l'uniforme et seront exclus", a-t-il ajouté. 

Lundi matin sur RMC, Gérald Darmanin a indiqué que ces élèves qui ont organisé une fête clandestine "seront exclus".

Une enquête administrative a été ouverte par l'école dès le lendemain des faits, a dit à l'AFP une source policière, ajoutant qu'une "cinquantaine d'élèves" gardien de la paix auraient participé à la soirée.

La rédaction de RMC (avec AFP)