RMC

L'UMP s'interroge sur la légalité des primaires du PS

-

- - -

L'UMP s'interroge sur la légalité des primaires organisées par le Parti socialiste pour désigner son candidat à l'élection présidentielle. Selon la majorité, l'utilisation des listes électorales et l'obligation de payer pour voter pourraient être contraires à la loi.

S'il juge « tout à fait légitime » le recours à un tel processus de sélection, prévu au plus tôt pour octobre prochain, le secrétaire général du parti présidentiel, Jean-François Copé, estime que « ce sont les modalités d'organisation de ces primaires qui, d'un point de vue constitutionnel, nous interpellent ».
Selon lui, il y a « deux choses qui nous troublent »: le recours à des fichiers électoraux publics susceptibles, d'après lui, d'être réutilisés à d'autres fins et « le caractère censitaire de cette élection, puisqu'il faut payer » pour y participer. Même si la somme évoquée par le PS, un euro, est modique, le patron de l'UMP y voit « un côté monarchie de juillet ». L'UMP s'inquiète notamment que les responsables socialistes puissent ne pas garantir que les listes électorales soient immédiatement détruites après le scrutin. La majorité a ainsi demandé à la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) de se prononcer sur la question, que le Sénat examinera de son côté en commission des lois à la demande de son président UMP, Gérard Larcher.

« Tout militant PS un peu expérimenté fera une petite photocopie discrète »

Invité de Bourdin Direct sur RMC ce jeudi, le ministre de l'Energie - et ancien responsable socialiste lui-même -, Eric Besson estime que « c’est quand même la première fois qu’en face d’une liste d’émargements, d’un fichier électoral, on a une signature vous permettant de connaitre l’opinion politique des personnes qui résident sur votre commune. Je connaitrais de manière quasi-scientifique tous ceux qui ont contribué ».
Face à la promesse du PS de détruire, après les primaires, la liste des votants, Eric Besson rétorque que « la liste d’émargements, on dit qu’elle sera déchirée après le vote. Tout militant socialiste un peu expérimenté va faire une petite photocopie discrète avant de déchirer (…). Lorsque vous avez une liste et que vous savez qui a voté, vous avez très envie, la tentation est immense ».

La Rédaction, avec Reuters