RMC

Le photographe poursuivi par Macron se défend: "Je ne me suis jamais introduit dans une propriété privée"

-

- - AFP

Emmanuel Macron, a porté plainte mardi pour "harcèlement et tentative d'atteinte à la vie privée" contre un photographe de presse qui l'aurait suivi sur son lieu de vacances à Marseille. Celui-ci a réagi à cette plainte, ce mercredi matin dans Bourdin Direct.

Le photographe poursuivi par Emmanuel Macron se défend. Poursuivi pour "harcèlement et tentative d'atteinte à la vie privée" par le chef de l'Etat, il s'est justifié ce mercredi dans Bourdin Direct. Le service de communication e l'Elysée a fait savoir que le photographe "s'est introduit sur la propriété privée, ce qui a conduit à un dépôt de plainte".

Ce que dément le photographe qui souhaite rester anonyme: "C'est complètement faux. Il suffit de consulter les procès-verbaux, ce n'est stipulé à aucun moment. Il suffit même d'appeler le commissariat de Marseille. On peut très bien imaginer que ce serait suicidaire de le faire. Ça fait 10 ans que je fais ce métier, je ne me suis jamais introduit dans une propriété privée, je n'allais certainement pas commencer par celle d'Emmanuel Macron".

"Je me suis retrouvé en garde à vue pendant 6 heures"

Le photographe a fait l'objet d'un premier contrôle d'identité samedi. Lorsque la présence d'Emmanuel Macron et de sa femme à Marseille est confirmée, il décide de retourner devant le parc Talabot où se situe la résidence du préfet de région où le couple présidentiel réside. "Je prends l'initiative d'aller voir l'officier de sécurité qui m'avait arrêté la veille. L'officier de police m'a dit que mon métier n'était pas un métier et que les présidences précédentes c'était fini. Là, je me suis retrouvé en garde à vue pendant 6 heures".

Et de déplorer: "Ce genre de photos, c'est ce qu'il y a de plus classique dans mon métier. Il y a 5 ans, je faisais des photos de François Hollande et Valérie Trierweiler sur les plages de Brégançon. Aujourd'hui, c'est très compliqué".

P.B.