RMC

Maire, il consulte sa population pour donner son parrainage: "choisir seul, c'est dépassé"

-

- - -

Le maire (sans étiquette) de Plaisance, village de la Vienne, va consulter à partir de vendredi sa population pour choisir le candidat qu'il va parrainer pour la présidentielle. Une évidence pour cet élu local, la population ayant selon lui envie d'être plus associée aux décisions politiques. Il s'explique pour RMC.

Aurélien Tabuteau (33 ans), est le maire de Plaisance, village de la Vienne comptant 180 habitants. C'est son premier mandat. Il n'a pas d'étiquette politique.

"Je me pose la question de mon parrainage pour l'élection présidentielle depuis un moment et au dernier conseil municipal j'ai exposé deux choix, après en avoir discuté avec mon premier adjoint. J'ai dit aux conseillers municipaux: soit on vote entre nous et c'est un choix collégial, soit on fait participer la population parce que le conseil municipal doit représenter sa population. Et le conseil municipal à voter à l'unanimité pour ce choix-là. Le conseil municipal n'a volontairement pas d'étiquette politique, et les conseillers sont de tous bords. On n'y parle jamais de politique, on avance pour le collectif et le bien des habitants.

J'ai reçu une douzaine de demande de parrainages. On a inscrit tous les noms de ces personnes sur une feuille. A partir de ce vendredi 24 février 9h, jusqu'au 10 mars 18h, les habitants vont venir à la mairie, et pourront écrire sur le bulletin le nom du candidat qu'ils souhaitent que je parraine. On procédera au dépouillement. Si les gens viennent, tant mieux, s'ils ne viennent pas, tant pis, mais au moins ils ont le choix.

"On est en démocratie"

J'estime que ce n'est pas à une personne seule de décider de donner sa signature. Je me suis dit qu'on était en démocratie et que c'était normal de consulter sa population pour un choix comme celui-ci. Les gens aujourd'hui ont envie de participer au débat et de prendre leur part dans les choix. Les Français ont envie de prendre des décisions avec les personnes qui les dirigent. Aujourd'hui, la population n'est pas assez consultée.

"L'occasion de donner leur chance aux petits candidats"

C'est notamment l'occasion de donner leur chance à des candidats qui ne représentent pas les partis politiques connus, ou des petits candidats qui ne sont pas connus. Je trouve dommage qu'on ne propose à la population que les candidats qui ont recueillis leurs 500 signatures. Peut-être que la population, si elle avait le choix, choisirait d'autres candidats.

Le fait de donner son parrainage c'est dépassé et ça favorise les partis. Tous les candidats qui ne sont pas connus et qui envoient leurs demandes de parrainages ne sont pas connus de la population, or la population a peut-être envie de quelqu'un d'autre, ou d'une personne comme tout le monde qui a des projets pour notre pays. Il y a des maires qui ne veulent pas donner leur parrainage, notamment depuis que l'anonymat a été supprimé, mais je trouve que c'est défavoriser certains candidats et peut-être que la solution que j'ai choisie fera tâche d'huile. Ces communes auraient peut-être pu faire appel à leur population".

François Hollande préféré en 2012, à Plaisance

Lors du premier tour de la présidentielle 2012, à Plaisance, François Hollande a recueilli 32% des suffrages, devant Nicolas Sarkozy (21%), Marine Le Pen (15%), Jean-Luc Mélenchon (14%) et François Bayrou (8%). Au second tour, c'est François Hollande qui est arrivé largement en tête avec 61% des voix.

Pierre Gallacio avec P. G.