RMC

Manuel Valls candidat en 2017, en 2022? "J'ai du temps devant moi"

Démocratie participative, revenu citoyen, Manuel Valls a répondu aux auditeurs de RMC ce jeudi. Le Premier ministre a aussi évoqué son avenir politique et assuré qu'il restait "à sa tâche" en refusant toutefois d'écarter définitivement l'idée d'une candidature en 2017.
  • Pas de candidature en 2017 pour Manuel Valls quoi qu'il arrive? 

"Il ne faut jamais dire quoi qu'il arrive, ça n'a pas de sens (...). Je suis à ma tâche, le président s'est fixé un calendrier, au mois de décembre il prendra sa décision. D'ici là, il faut travailler au service des Français pour leur protection, pour leur avenir et pour défendre la République sociale, la République d'égalité des chances (...). En 2032 je crois que j'aurais l'âge d'Alain Juppé aujourd'hui donc ça m'offre beaucoup d'espérance. J'ai une immense admiration pour Georges Clémenceau et c'est à 77 ans qu'il a été celui qui nous a permis de gagner la guerre 14-18 donc j'ai du temps devant moi"

  • Emmanuel Macron doit-il quitter le gouvernement? 

"Non, il est à sa tâche. Je ne doute pas de son engagement et de sa loyauté. Pourquoi serait-il candidat à la présidence de la République? Il connaît lui aussi l'agenda, le calendrier que s'est fixé le président de la République et lui comme moi doivent se consacrer à la tâche (...). Je pense qu'il faut se rassembler. Tous les réformateurs, tous ceux qui pensent que la gauche a évolué, doit évoluer, qui doit assumer pleinement ce que nous avons fait, ce social réformisme que je revendique, tout cela doit aller dans le même sens"

  • Quelle place pour les citoyens dans la politique?

"Nous sommes dans des démocraties représentatives, il ne faut pas les mettre en cause. Le peuple doit élire des représentants. L'idée que le peuple gouvernerait directement, je vois l'idée mais au fond elle aboutirait au résultat contraire de ce que souhaitent ses promoteurs. De l'autre côté il y a une exigence de participation (...). Sur les textes de loi nous devons ouvrir plus largement l'expression des citoyens à une condition qu'il ne soit pas uniquement écoutés, mais entendus (...). Le non cumul des mandats va changer beaucoup la façon de faire de la politique. Il faut que la politique elle-même évolue et en même temps nous avons besoin de ces élus, de gens qui s'engagent dans la vie politique, parce que sans politique, il n'y a pas de démocratie."

  • Faut-il mettre en place un revenu universel? 

"C'est un des grands débats je l'espère de l'élection présidentielle, sur au fond deux idées c'est quoi la solidarité au coeur de notre pacte social par rapport à ceux qui combattent l'idée d'un assistanat (...). Si nous considérons qu'il y a moins de croissance, que des métiers vont disparaître, que la révolution numérique est en train de modifier le rapport au travail, oui il faut y réfléchir. On a besoin d'utopie concrète, ça en fait partie et je sais que ça intéresse beaucoup les Français"

C. B