RMC

Manuel Valls restera comme celui qui a trahi sa parole

-

- - AFP

Ce mercredi matin, face à Jean-Jacques Bourdin, Manuel Valls a annoncé qu'il voterait Emmanuel Macron dès le premier tour. Pour le député socialiste, Yann Galut, c'est une "trahison" qui doit se solder par une démission du PS de l'ancien Premier ministre.

"Une vraie trahison". Pour le député PS Yann Galut, Manuel Valls "a planté un couteau dans le dos de Benoît Hamon". L'ancien Premier ministre a annoncé ce mercredi sur RMC et BFMTV qu'il voterait pour Emmanuel Macron, estimant "ne vouloir prendre aucun risque pour la République" face au niveau élevé de la candidate du Front national Marine Le Pen.

"C'est vraiment lamentable. Au-delà de ces actes qui sont inqualifiables, il y a le fait que ça décrédibilise encore plus la parole politique. Vous avez quelqu'un qui s'est présenté comme un homme d'état qui a signé un contrat par écrit dans le cadre de la primaire et qui quelques semaines après revient sur sa parole et renie ses engagements. C'est exactement le contraire sur ce à quoi il s'était engagé", a-t-il déploré.

"L'histoire retiendra que Manuel Valls a fait perdre François Hollande en restant arc-bouté sur sa politique social-libérale. Il avait fait 5% sur une ligne droitière à la primaire de 2011 et il s'est imposé comme l'idéologue du gouvernement avec les résultats que l'on sait, notamment avec la loi Travail qui a été une vraie rupture avec le peuple de gauche. Après, il a poussé François Hollande à la démission, il l'a expulsé de la scène politique pour se présenter à la primaire et finalement trahir celui qui a gagné cette primaire", a-t-il rappelé à RMC.fr.

"Nous n'avons plus rien à voir avec ce personnage"

Et pour Yann Galut, les choses sont claires: "A partir du moment où Manuel Valls agit ainsi il n'a plus sa place au sein du parti socialiste. Le PS a organisé cette primaire, il a posé des règles, le PS a un candidat. A partir du moment où Manuel Valls trahit ce candidat, il n'a plus rien à faire dans le parti socialiste. Qu'il aille créer son parti social-libéral et qu'il se présente s'il le souhaite devant les électeurs mais nous n'avons plus rien à voir avec ce personnage".

"Je pense que Manuel Valls restera comme celui qui aura non seulement tué la gauche mais aussi trahi sa parole publiquement et ça c'est insupportable pour les Français", a-t-il encore taclé.

P.B.