RMC

Marie-Noëlle Lienemann: "François Hollande n'est pas en situation de convaincre les Français"

Marie-Noëlle Lienemann est candidate à la primaire de la gauche.

Marie-Noëlle Lienemann est candidate à la primaire de la gauche. - -

Alors que François Hollande laisse planer le doute sur une éventuelle candidature à la présidentielle, la candidate à la primaire de la gauche Marie-Noëlle Lienemann a mis en cause lundi sur RMC la légitimité du président à se représenter.

Marie-Noëlle Lienemann est en campagne pour la primaire de la gauche. François Hollande lui entretient le doute. Ce week-end, François Hollande a de nouveau répété qu'il prendrait sa décision sur sa candidature à l'élection présidentielle en fin d'année. Mais pour Marie-Noëlle Lienemann, son intention ne fait aucun doute. "On voit bien qu'il est en campagne, qu'il cherche à voir s'il est en situation de pouvoir se représenter", estime-t-elle lundi sur RMC.

Mais pour la sénatrice, son action depuis le début de son quinquennat joue contre lui. Selon elle, la politique économique et sociale que mène le chef de l'Etat se fait "en dépit des engagements" qu'il avait pris à gauche.

"Je pense que François Hollande n'est pas en situation de convaincre les Français à un moment où la gauche devrait être au rendez-vous de l'histoire, c'est-à-dire au moment où il y a besoin de repenser stratégiquement ce cap politique, c'est la gauche qui devrait être là, c'est d'ailleurs pour ça que je suis candidate"

Un programme ancré à gauche

La sénatrice a dévoilé dimanche le programme qu'elle souhaite présenter. Des propositions qu'elle inscrit directement en opposition à la "politique libérale" du gouvernement. Elle propose notamment un plan de relance économique de 35 milliards d'euros. Elle souhaite également mettre en oeuvre une sixième semaine de congés payés ainsi qu'un smic revalorisé à 1.300 euros nets. Défendant une politique "de relance", elle réclame un changement de politique économique.

"Le libéralisme a abouti à une stagnation du pouvoir d'achat des couches moyennes et basses, à un accroissement des inégalités et par ailleurs on voit les technologies évoluer de telle manière qu'avec moins de travail on produit les mêmes richesses" , défend-elle.

Alors que la campagne à l'élection présidentielle semble déjà se concentrer sur les questions sécuritaires, la candidate de gauche revendique son positionnement sur l'économie. "Les sociétés deviennent de plus en plus violentes et les questions de sécurité ne se résument pas à la question économique, mais la première question c'est l'état de notre société où les Français perdent confiance en eux-mêmes et en l'avenir, où les inégalités minent la cohésion et le pacte républicain", poursuit-elle. Marie-Noëlle Lienemann appelle à ne pas "sous-estimer la question économique et sociale car l'accroissement des inégalités, l'accroissement de la pauvreté augmente partout la violence". 

C. B