RMC

Marine le Pen en tête au 1er tour : crédible ?

Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle française en 2012, devant Nicolas Sarkozy et la socialiste Martine Aubry, selon un sondage Harris Interactive pour Le Parisien Dimanche.

Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle française en 2012, devant Nicolas Sarkozy et la socialiste Martine Aubry, selon un sondage Harris Interactive pour Le Parisien Dimanche. - -

Selon Harris Interactive, Marine Le Pen arriverait en tête au 1er tour en 2012 devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry, si celle-ci se présentait. Le sondage devait rester confidentiel. La droite relativise sa crédibilité. Et vous ?

Selon cette enquête publiée samedi sur leparisien.fr, la présidente du Front national recueillerait 23% des voix, contre 21% pour le président sortant, à égalité avec le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry.
C'est la première fois dans une étude sur les intentions de vote pour le scrutin présidentiel que Marine Le Pen est donnée présente au second tour. Son père, Jean-Marie Le Pen, s'était qualifié de la sorte en avril 2002, aux dépens du socialiste Lionel Jospin.

Dans le même sondage, le président du Mouvement démocrate François Bayrou est crédité de 8% des intentions de vote, devant l'écologiste Eva Joly et l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, à égalité à 7%.

Le sondage, parcellaire, devait rester confidentiel

Le sondage a été réalisé sur internet du 28 février au 3 mars dernier auprès de 1.618 personnes âgées de 18 ans et plus. Une méthode dont Harris Interactive souligne qu'elle est fiable. Néanmoins l'enquête n'envisage pas l'hypothèse d'une candidature de Dominique Strauss-Kahn, alors que les dernières études d'opinion donnent toutes, jusqu'à maintenant, le directeur général du FMI largement devant la candidate du Front National - et de Nicolas Sarkozy - à l'issue du premier tour.
Jean-Daniel Lévy, directeur du département opinion de Harris Interactive s'en explique: « Ce sondage constituait une intention de vote qui devait rester confidentielle. En interne, nous prenons toujours Martine Aubry comme référence, car c'est la représentante officielle du Parti Socialiste, contrairement à DSK ou François Hollande. Qu'aurait-on dit si on avait fait le choix de quelqu'un d'autre ? ».
L'institut indique d'ailleurs que l'enquête sera refaite, en incluant cette fois les hypothèses Strauss-Kahn et Hollande.

La droite relativise les résultats

La droite a immédiatement appelé à la prudence face à ces résultats. Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé a invité la majorité à garder son « sang-froid ». « C'est un sondage parmi d'autres. Personne n'est dupe du rôle qu'on essaye de donner aux sondages dans notre démocratie. (...) Nous savons tous qu'il est des sondages qui peuvent, comment dire, arriver au bon moment pour celles et ceux qui souhaiterait une certaine évolution », estime-t-il.
Jean-François Copé pense que ce sondage peut ne pas traduire une véritable intention de vote, mais un mécontentement.

REUTERS