RMC

NKM dans la course aux parrainages: "Quelle image on donnerait sans femme à la primaire?"

A quatre jours du dépôt des candidatures à la primaire de la droite, NKM affirme ne pas avoir tous ses parrainages.

A quatre jours du dépôt des candidatures à la primaire de la droite, NKM affirme ne pas avoir tous ses parrainages. - Jean-Sébastien Evrard - AFP

Nathalie Kosciusko-Morizet a appelé dimanche les candidats à la primaire et les adhérents Les Républicains à la soutenir pour lui permettre de rassembler les parrainages nécessaires.

Le 9 septembre prochain, les candidats à la primaire Les Républicains devront tous avoir déposé leurs parrainages. Le compte à rebours s'accélère et Nathalie Kosciuzko-Morizet est loin d'être rassurée. Dimanche à La Baule, devant les militants rassemblés pour l'université du parti, la candidate a lancé un véritable appel à l'aide.

"J'ai besoin de vous, j'ai besoin de ma famille et je lance un appel. J'invite ici tous ceux d'ente vous, les adhérents, les élus, d'accord ou pas d'accord avec moi à me parrainer pour permettre à ma voix d'être entendue", a-t-elle lancé.

Pour être qualifiés à la primaire, les candidats doivent réunir 250 parrainages d'élus dont au moins 20 parlementaires ainsi que le parrainage de 2.500 adhérents. Pour l'heure, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire et Jean-François Copé ont annoncé avoir réuni tous les soutiens nécessaires.

"On a beaucoup de problèmes sur la parité"

Mais depuis le début de la campagne pour la primaire plusieurs candidats dont Nathalie Kosciusko-Morizet ou Jean-François Copé ont dénoncé la difficulté de réunir ces parrainages notamment sans l'accès au fichier des adhérents. Pour Natacha, 20 ans, membre de l'équipe des jeunes avec NKM, la crédibilité du parti sera en cause si sa candidate ne réussit pas à réunir se qualifier.

"Déjà on a beaucoup de problèmes sur la parité. On a des amendes à chaque élection. Quelle image on donnerait s'il n'y a pas de femme à la primaire?", s'interroge cette jeune militante.

Iris, une autre militante acquiesce. Pour elle, la solution se trouve entre les mains des principaux candidats qui pourraient tout à fait aider NKM à obtenir ses parrainages s'ils le voulaient.

"Juppé a appelé tous ses amis et ses soutiens à parrainer Nathalie et je pense que ça a débloqué un peu les choses. Je pense qu'il y a beaucoup d'hommes qui sont encore un peu macho et pour qui c'est difficile de voir une femme accéder au pouvoir", regrette-t-elle.

A La Baule, l'appel de Nathalie Kosciusko-Morizet semble avoir eu un premier effet: les sarkozistes ont à leur tour adouci le ton vis-à-vis de l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Sur RMC et BFMTV lundi, la candidate a annoncé arriver "presque au but". Il lui manquerait encore 4 parrainages de parlementaires et une centaine d'adhérents.

C. B avec Stéphanie Collié