RMC

NKM en campagne sur les plages: "C'est le seul moyen de toucher les adhérents que le parti n'a pas mobilisés"

Nathalie Kosciusko-Morizet a entamé mardi une tournée des plages pour rassembler les parrainages qui lui manquent.

Nathalie Kosciusko-Morizet a entamé mardi une tournée des plages pour rassembler les parrainages qui lui manquent. - Jean-Baptiste Durand

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire Les Républicains a entamé une grande tournée des plages pour tenter de réunir les parrainages nécessaires pour valider sa candidature. Pour sa première étape, elle était mardi sur un marché de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine

Nathalie Kosciusko-Morizet mène la chasse aux parrainages. La candidate à la primaire de la droite et du centre s'est lancée mardi dans une tournée des plages qui durera 15 jours. Objectif, réussir à réunir les 2.500 parrainages d'adhérents Les Républicains en plus des 250 parrainages d'élus dont 20 parlementaires, passage obligé pour accéder à la primaire.

Dimanche dans le JDD, l'ancienne ministre dénonçait la difficulté de rassembler ces parrainages. "Il y a quelque chose d'assez scandaleux: on nous demande, à nous candidats, d'aller chercher 2.500 parrainages d'adhérents sans avoir le fichier des adhérents", déclarait-elle. La candidate à la primaire a donc décidé d'aller directement à la rencontre des électeurs. Dans les allées du marché de Saint-Malo, Nathalie Kosciusko-Morizet vient ainsi à la pêche aux parrainages et parvient à rallier à elle des adhérents. C'est le cas d'Ariane, convaincue notamment par la démarche de la candidate. "Voilà mon parrainage. Elle est là, elle est accessible, ouverte, c'est formidable", estime-t-elle. 

Quelques vacanciers irrités

Même si Gilles Lurton, député Les Républicains d'Ille-et-Vilaine a décidé de parrainer Bruno Le Maire, il soutient lui aussi la tournée de Nathalie Kosciusko-Morizet sur les plages de France.

"Les gens ont besoin même l'été de parler avec les politiques, avec leurs représentants. Je crois en la proximité, que des représentants nationaux viennent sur les marchés pendant l'été, c'est la traduction de cette proximité et je ne peux qu'encourager cela", souligne l'élu. 

Mais l'opération proximité de NKM se passe aussi sous le regard indifférent d'une partie des vacanciers, parfois même irrités, comme Anne-Charlotte.

"On a juste envie de déconnecter, ça nous rappelle à notre quotidien qui n'est pas facile, je pense qu'il y a d'autres moments que de venir enquiquiner les gens pendant les vacances", considère-t-elle. 

Pas "une démarche intrusive"

Nathalie Kosciusko-Morizet se défend d'être "dans une démarche intrusive". La députée de l'Essonne veut croire en l'utilité de son initiative sans laquelle dit-elle, elle n'aurait pas accès à certains adhérents du parti. 

"Les Français qui ont envie de venir parler un peu de politique viennent et ils sont nombreux. Je n'y passe pas 15 jours dans mon été si ça ne sert à rien. Je sais que ça sert et je sais même que c'est le seul moyen de toucher un certain nombre d'adhérents Les Républicains qui ne sont pas informés parce que le parti ne les a pas mobilisés", lance-t-elle.

Comme NKM, Nadine Morano ou Jean-François Copé également candidats à la primaire ont critiqué l'organisation de la primaire et la difficulté de réunir les 2.500 parrainages d'adhérents sans avoir accès au fichier des membres du parti. Pour l'heure, seul Bruno Le Maire a annoncé avoir réuni tous ses parrainages. François Fillon devrait suivre dans les prochains jours. Nathalie Koscisko-Morizet assure elle avoir rassemblé deux tiers des parrainages nécessaires. Tous les candidats ont jusqu'au 9 septembre prochain pour rassembler leurs soutiens. 

C. B avec Jean-Baptiste Durand