RMC

Pétition contre le statut de Première dame: "Ce n'est pas le moment. Brigitte Macron peut attendre"

Une pétition contre un statut privilégié pour Brigitte Macron

Une pétition contre un statut privilégié pour Brigitte Macron - Axel Schmidt / AFP

Une pétition lancée sur Internet contre la création d'un statut juridique pour la Première dame a dépassé les 150.000 signataires, ce dimanche. Objectif un million pour son créateur !

Thierry Paul Valette est le fondateur du mouvement "Égalité nationale", pour lutter contre la corruption et les discriminations. Cet artiste qui se définit comme "engagé" est à l'origine de cette pétition.

"Nous sommes dans une période de moralisation de la vie politique française. La corruption est un problème majeur de la politique. Les citoyens en ont un peu ras-le-bol de tout ça. Emmanuel Macron a été élu président de la République, presque par défaut. Il n'a pas été élu pour sa propre personne mais tout simplement parce que Marine Le Pen était en face de lui. On ne lui a pas signé un chèque en blanc. Il a certaines règles à respecter, des règles avant tout citoyennes et l'éthique en fait partie.

On ne peut pas faire ce que l'on veut surtout dans le cadre d'une moralisation de la vie politique française. On impose aux députés de ne pas embaucher les membres de leur famille. Cela évite beaucoup de confusions notamment des emplois fictifs. Ces règles, il faut aussi se les appliquer à soi-même.

"Ne pas toucher à la Constitution française"

Je ne remets aucune des compétences de Brigitte Macron en doute, ni sa légitimité dans les actions qu'elle pourrait avoir en tant que citoyenne. Par contre, toucher à la Constitution française et mettre en place un statut privilégié, je ne trouve cela déplacé dans ce contexte-là et de cette manière-là. Je pense qu'il faudrait une concertation citoyenne.

Dans cette pétition, je demande donc à ce qu'on ne touche pas à la Constitution française. Il y a d'autres statuts bien plus importants à reconsidérer : celui des étudiants, des retraités, des petits salariés… Brigitte Macron, elle peut attendre. Ce n'est pas le moment.

"Objectif ? 500.000 voire un million de signataires"

On est en France, pas aux États-Unis. La Première dame n'est pas là pour avoir un rôle officiel. Maintenant, je suis entièrement d'accord pour que son cadre soit légalisé et qu'il y ait une transparence.

Cette pétition est virale mais c'est un virus qui est très bon et qui montre que la participation citoyenne fonctionne parfaitement. L'objectif? 500.000 voire un million de signataires. Cette pétition sera un outil de travail. Des députés de la France insoumise l'ont notamment partagée.

Attention, je dénonce toutes les attaques sexistes à son encontre. Je dénonce la façon dont elle est méprisée, dont elle est attaquée à travers les réseaux sociaux. Je respecte sa personne. Elle a toute mon admiration.

Propos recueillis par BFMTV (avec Arthur Blanquet)