RMC

Philippot chez Bourdin : « Il y a un concours d'insultes »

Florian Philippot, le vice-président du Front national

Florian Philippot, le vice-président du Front national - -

Florian Philippot était l’invité de Jean-Jacques Bourdin mercredi à 8h35 sur RMC et BFMTV. Le vice-président du FN est revenu sur la volonté de M. Le Pen de ne plus qualifier son parti d’extrême-droite et sur la victoire du FN à Brignoles.

Invité sur RMC et BFMTV mercredi matin, Florian Philippot, est revenu sur les propos de l’élu PS Thierry Mandon (invité de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi matin) qui qualifie le FN de « Parti national-fasciste ». Le vice-président du Front national a aussi réagi à la poussée du Front national à Brignoles lors de cantonales partielles.

Sur le FN et de Gaulle

8h56 – Florian Philippot : « Le FN est un parti de patriotes. Nous sommes les amoureux de la France. Les autres partis ne défendent plus la France. Je suis gaulliste car je défends la grandeur nationale et un système économique plus juste. L’UMP qui se dit gaulliste est peut-être le parti le plus anti-gaulliste ».

Sur l'éducation

8h54 – Florian Philippot : « Il faut revenir à la semaine de 4 jours. Par exemple il y a de l’initiation à l’histoire de l’art en primaire alors que certains ne savent pas lire, est-ce nécessaire ? »

Sur l’identité française

8h53 – Florian Philippot : « L’identité française est menacée notamment par la soumission à un ordre anglo-saxon par exemple sur notre langue qui s’immisce ».

Sur les Roms

8h51 – Florian Philippot : « Si on arrête de donner une aide médicale gratuite aux clandestions, on lance de vrais signaux aux pays. On peut éviter des drames comme Lampedusa. C'est la conséquence directe d'une politiuqe laxiste ne matière d'immigration ».

8h50 – Florian Philippot : « J’entends des Français qui en ont marre d’avoir une immigration de masse. Et ils ont raison d’attendre une autorité de l’Etat. C’est normal, c’est vital pour l’unité nationale. Il faut démanteler les camps, les renvoyer chez eux. Nous voulons mettre en place des frontières et dissoudre Schengen si nous n’arrivons pas à négocier des points importants : les frontières, l’euro, le protectionnisme. Il faut retrouver la monnaie nationale ou sortir de l’UE. L’anomalie, c’est l’Union européenne ».

Sur l'économie

8h47 – Florian Philippot : « L’autre ennemi c’est le capitalisme débridé. Il y a des mesures à prendre contre la financiarisation de l’économie, contre ce fascisme doré qui se trouve à Wall Street, dans le CAC 40, dans les paradis fiscaux ».

Sur les « minorités autoproclamées »

8h46 – Florian Philippot : « Ceux qui veulent imposer des horaires séparés dans les piscines par exemple. Ce sont les islamistes qui testent la République. Avec nous, elle ne cèdera pas. La laïcité doit s’imposer partout ».

Le FN, parti d’extrême droite ?

Marine Le Pen avait récusé cette étiquette menaçant de saisir la justice si son parti était qualifié ainsi.

8h44 – Florian Philippot : « Il n’est pas question de porter plainte contre tout le monde. Il faut argumenter et si ça ne marche pas nous prendrons un cas symbolique et nous irons devant la justice. Il y a des limites, c’est la diffamation. Dire que nous sommes d’extrême droite, c’est insultant. Nos électeurs sont des amoureux de la France, ils ne veulent pas être insultés ».

Sur les déclarations contre le FN

Jean-Marc Ayrault a déclaré que le FN n'aimait pas la France.

8h41 – Florian Philippot : « J’aime profondément la France. Dire que le Fn n'aime pas la France revient à dire que 6 millions de Français détestent la France. Ces déclarations montrent un état de panique et d'affolement après Brignoles. C’est un concours d’insultes. Ils ne sont plus sur les vrais problèmes des Français. Ils ne sont que pour être hargneux. C’est un système qui se transforme en machine à insulter les électeurs. Il faut revenir dans les bornes d’un débat républicain. Le système perd beaucoup de points et je crois que nous en marquons beaucoup ».

Sur Alcatel-Lucent

8h40 – Florian Philippot : « Il faut se libérer du carcan de Bruxelles et ce sera l’enjeu des élections de 2014 ».

8h39 – Florian Philippot : « L’Etat a quand même des marges de manœuvre et des moyens de pression. L’Etat doit intervenir pour limiter la casse. On peut planifier une vraie politique industrielle pour éviter ce genre de cas dramatique. Il faut réfléchir aux fusions transnationales, dans deux cas sur trois, ça se termine par une catastrophe ou un divorce. Là, on est vraiment dans le cas d'une concurrence déloyale chinoise ».

Sur la reprise annoncée par Hollande

8h38 – Florian Philippot : « Cela fait 10 ans qu’on annonce la même fable aux Français. Ca ne va pas du tout. Ce n’est pas en offrant des abonnements SFR qu’on va faire baisser le chômage. Ce n’est pas en comptant sur le bug SFR du 31 décembre qu’on va faire baisser le chômage. Il faut relancer l’activité et la croissance, changer de modèle économique, mettre en place un protectionnisme raisonné contre la concurrence déloyale ».

Sur la tournée « anti-FN » de Manuel Valls

8h36 – Florian Philippot : « Je crois qu’il a essayé de rétropédaler puisqu’au début ils parlaient d’une tournée anti-FN payée par le contribuable. Il s’est rendu compte du caractère délétère de ces annonces. Quand on est ministre de l'Intérieur, on ne fait pas une tournée contre un parti et ses électeurs, à la limite on fait une tournée contre l'insécurité. On parle beaucoup mais sur les résultats on attend toujours »

Revivez le Bourdin & Co de ce mercredi en cliquant ici !

La rédaction