RMC

Pour Martine Aubry, la droite escamote les cantonales

Redoutant une très forte abstention, le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a accusé mercredi l'UMP d'occulter volontairement les cantonales par peur de la sanction électorale. /Photo prise le 9 mars 2011/REUTERS/Robert Pratta

Redoutant une très forte abstention, le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a accusé mercredi l'UMP d'occulter volontairement les cantonales par peur de la sanction électorale. /Photo prise le 9 mars 2011/REUTERS/Robert Pratta - -

Redoutant une très forte abstention, le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a accusé mercredi l'UMP d'occulter volontairement les cantonales par peur de la sanction électorale.

"La droite fait comme si cette élection n'existait pas, elle fait tout pour faire oublier ce rendez-vous électoral", a déclaré la dirigeante socialiste à Meyzieu, dans le Rhône, un département qui pourrait basculer à gauche.

"Les candidats ont honte d'être à l'UMP, il est vrai que ce n'est pas facile de défendre le bilan du président de la République", a-t-elle poursuivi, entourée de tous les candidats du département.

Au-delà des enjeux partisans, la maire de Lille a dit craindre que le scrutin des 21 et 27 mars soient marqués par une très faible mobilisation.

"Il n'y a aucune action citoyenne, aucun appel à la télé ou à la radio, l'abstention risque d'être encore plus forte cette année, d'autant que, pour la première fois, les cantonales ne sont pas mixées avec une autre élection", a-t-elle expliqué.

A ses yeux, la droite craint ce scrutin qui aura valeur de test national à un an de la présidentielle.

Ces cantonales, "c'est une façon de dire au président de la République dans quelle impasse il met la France", a-t-elle estimé.

"Tout le monde refuse cette politique qui casse le modèle français. L'UMP et le président de la République ne s'occupent plus de la France et des Français. Il ne se préoccupe plus que de garder sa clientèle en réduisant l'ISF et en faisant peur avec l'islam", a-t-elle dit.

Elle a jugé "scandaleux" les propos de la député UMP Chantal Brunel sur l'immigration, signe à ses yeux que la majorité dérive vers les thèses du Front national, qui progresse de plus en plus dans les sondages.

Aujourd'hui, "il y a deux types de Français: ceux qui ont tout et ceux qu'on a laissé de côté. Quand on se tourne vers le FN, c'est qu'on se sent oublié et humilié", a jugé le premier secrétaire.

Voter en mars c'est une "façon de dire à Nicolas Sarkozy que l'impasse dans laquelle il mène notre pays, qui est une impasse économique et sociale, mais aussi une grande crise morale, on ne la supporte plus", a-t-elle dit.

REUTERS