RMC

Pour TF1 ce soir, Sarkozy et Pernaut n'ont rien laissé au hasard

Nicolas Sarkozy le 25 janvier 2010 lors de la première édition de l'émission intitulée « La parole aux Français ».

Nicolas Sarkozy le 25 janvier 2010 lors de la première édition de l'émission intitulée « La parole aux Français ». - -

Nicolas Sarkozy s'adresse ce jeudi soir aux Français sur TF1, dans une émission « sur mesure ». Un plateau composé de Français, arbitré par Jean-Pierre Pernaut, mais aussi coproduit et soigneusement balisé par les communicants de l'Elysée.

Pour interroger le président de la République, neuf Français, officiellement choisis par TF1 après être passés dans différents reportages du journal télévisé de la Une et de LCI, seront présents sur le plateau. Neuf profils qui permettent de balayer les sujets que souhaite aborder le président.

Les membres du panel feront connaissance ce jeudi pendant le déjeuner. Jean-Pierre Pernaut les rejoindra au café, pour leur expliquer le déroulé de l’émission. « Il leur donnera des indications sur le maquillage, les micros, les lumières et le déroulement de l'émission sur le plateau pour faire en sorte qu'ils soient à l'aise alors qu'ils parleront au président de la République face aux caméras », nous dit TF1 qui précise que « Jean-Pierre Pernaut ne connaitra pas les questions à l'avance, seulement les thématiques abordées ».

Des profils qui correspondent exactement aux thèmes de l'Elysée

Et pour cause. La vérité, c'est que le profil des Français qui questionneront le chef de l'Etat correspond très exactement aux thèmes que souhaite aborder le président.
Une pharmacienne cambriolée à plusieurs reprises, pour parler d’insécurité ;
Un ex-chômeur qui vient de retrouver un emploi, pour parler de la prochaine baisse du chômage et pour permettre à Nicolas Sarkozy de faire des annonces, notamment sur la relance des emplois aidés ;
Un homme dont l'épouse est trop faible pour être autonome. Ça tombe bien : on est en pleine préparation du plan du gouvernement sur la dépendance.
Un (ou une) étudiant(e), pour parler des débouchés et de l’emploi des jeunes ;
Un paysan pour évoquer l’agriculture et la désespérance dans un milieu qui a connu « 400 suicides », précise Jean-Pierre Pernaut ;
Une institutrice, ce qui permettra d’aborder les effectifs dans l’Education nationale ;
Un médecin de campagne, pour parler ruralité, thème cher à M. Sarkozy.
Vous le voyez, on n’est pas vraiment dans la spontanéité.

Magistrats, Tunisie, Egypte : sujets indésirables

Et l'actualité chaude alors ? La fronde des magistrats, l'Egypte, la Tunisie ? Ah non. Ça, ce n'est pas prévu. La Tunisie par exemple, n’est pas une problématique de la vie des Français, estime Jean-Pierre Pernaut. « Je pense que c’est hors cadre ». Mais « si un Français se sent préoccupé, on verra bien », ajoute le présentateur du 13h de TF1.
La grogne des magistrats ? Ah, ça oui tout de même. Jean-Pierre Pernaut posera la question, même si celle-ci n’arrive pas spontanément. Ah tiens, mais pourquoi ? Car le président a fait savoir à TF1 qu’il avait des choses à dire sur la justice.
Il devrait tout d'abord muscler son discours en faveur des jurés populaires, au moment où les magistrats sortent les piquets de grève. Et prendre à témoin l'opinion en dénonçant le corporatisme de la magistrature.

L'Elysée assure même le service après-vente

Comme tout produit soigneusement pensé, le service après-vente sera aussi assuré par l'Elysée. Et c’est Jean-François Copé qui s’y colle. Il a envoyé une lettre à tous les adhérents de l’UMP pour les mobiliser sur Internet ce soir. « Je compte particulièrement sur vous pour faire part de vos réactions et commentaires sur les différents sites d'actualités disponibles sur Internet », écrit Jean-François Copé. « Nous serons unis pour faire face aux campagnes de désinformation et de démagogie orchestrées par l'opposition et relayées sans scrupule par certains médias ».

La Rédaction et C. Jakubyszyn