RMC

Présidentielle: "C'est vraiment une cata, ce n'est pas une campagne électorale!"

Alors que le feuilleton politico-judiciaire de François Fillon sature l'espace public, certains citoyens sont exaspérés de la tournure que prend la campagne présidentielle. Rencontre à Paris avec ces Français qui ont tourné le dos à la politique.

Un mois et demi avant le premier tour de l'élection présidentielle, l'affaire Fillon continue de capter l'attention des médias et du public. Le candidat socialiste Benoît Hamon a dénoncé la "confusion" de la campagne présidentielle renvoyant dos à dos François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron : "Je suis très marqué par la confusion de cette campagne, à droite, à l'extrême droite et au centre".

Une confusion ressentie par certains électeurs. Dans le kiosque à journaux de Farès, avant, les clients parlaient politique, mais maintenant: "Les Français sont en panique, ils ne veulent plus parler politique".

Bertrand confirme. Il commence à en avoir par-dessus la tête: "J'en ai marre qu'on parle de tout ça, qu'on parle des affaires, des soit disant indélicatesses des uns et des autres, je m'en fous complètement".

"On ne parle pas du fond"

Même sentiment d'exaspération chez Jean-Christophe. Il aimerait qu'on aborde davantage les programmes des candidats: "C'est vraiment une cata, ce n'est pas une campagne électorale, on ne parle pas du fond. C'est scandaleux d'en arriver là. Il faut que ce soit une vraie campagne présidentielle, avec des débats d'idées, des échanges sur ce que l'on va faire sur les retraites, par exemple. Des vrais sujets!"

Résultat, certains, comme Elisabeth sont complètement perdus: "Je ne sais pas ce que je vais faire dans deux mois parce que je commence à être excédée. Pourtant, je m'intéresse à la politique mais je me dis que ce n'est pas possible, ça me désole". A tel point que pour la première fois Elisabeth envisage de ne pas aller voter.

P.B. avec Juliette Droz