RMC

Présidentielle: LREM s'active en coulisses pour les parrainages et veut faire deux fois mieux qu'en 2017

La République en marche s'active déjà pour lancer la campagne du président sortant Emmanuel Macron. Notamment pour la collecte des parrainages.

Plusieurs réunions ont lieu depuis le début du mois au siège de La République en marche pour accélérer la collecte des parainages en vue de la présidentielle 2022. Il n'y a aucun suspense, Emmanuel Macron aura bien les 500 signatures nécessaires pour se présenter.

L'objectif, beaucoup plus ambitieux, pour les troupes du président sortant est de faire deux fois mieux qu'en 2017. A l'époque, Emmanuel Macron avait tout de même reçu 1.829 parrainages.

Si les macronistes y parviennent, ce serait une réponse aux critiques sur le manque d'implantation locale de LREM. Un marcheur abonde: "On montre juste les muscles, il faut que ça brille, c’est le jeu".

Et puis au passage, c'est l'occasion de marquer sa différence avec des candidats qui ne cachent pas leurs difficultés à collecter ces signatures, par exemple Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Pour réussir ce tour de force, tout le monde s'y met

A commencer par les députés marcheurs, appelés sur le pont par les cadres de la majorité. Chacun a reçu un kit avec les documents nécessaires pour une promesse de parrainages. Ils doivent les remettre à un maximum de maires dans leurs circonscriptions, à grands coups de mails, SMS, courriers.

Et puis le président de la République, lui-même, mouille la chemise. Chaque déplacement est l'occasion d'un entretien avec les maires locaux. Le point d'orgue a eu lieu en novembre, pour le congrès de l'Association des Maires. Avec un discours et une réception de 1.000 élus locaux à l'Elysée.

Enfin, Emmanuel Macron peut aussi compter sur son réseau de maires, notamment Karl Olive, le médiatique maire de Poissy dans les Yvelines. Un autre édile nous confie: "J’échange avec lui quasiment tous les week-ends, je suis dispo quand il veut, quand il a besoin, on parle de tout".

Dernière cartouche des macronistes: des ralliements mis en scène

Des ralliements soigneusement mis en scène par les proches du président de la République. Dernier exemple en date: le maire de Clichy-sous-Bois (ex-PCF / ex-socialiste) Olivier Klein.

>>> A LIRE AUSSI - La "box Mélenchon", le cadeau insoumis (et improbable) pour Noël

Et dès leur arrivée dans les rangs d'En Marche, ces maires sont invités à publier des tribunes dans la presse pour afficher leur soutien.

Autre mission: multiplier à l’échelle de leur ville des "comités de soutien à la réélection d’Emmanuel Macron", pilotés par des proches du locataire de l'Elysée. Selon un conseiller du Président, plus de 300 de ces comités seraient actifs en France.

Romain Cluzel (édité par J.A.)